A l’issue d’un séminaire de vulgarisation,  Des agents de la DGI mécontents du test leurs soumis

L’actuel directeur général de la direction générale des impôts (DGI) Sele Yalughili s’est fixé entre autres objectifs lors de sa prise de fonction, l’amélioration des conditions des travailleurs de cette entreprise génératrice des recettes en République démocratique du Congo.

La semaine dernière, la direction générale des impôts a organisé un séminaire de vulgarisation des guides du contrôle sur pièce et contrôle sur place.

Les directions concernées par la dite formation sont la direction de Grandes entreprises (DGE), le Centre des impôts  de Kinshasa (CDI).

Les agents concernés par ce séminaire de vulgarisation sont des vérificateurs polyvalents des impôts, les gestionnaires des comptes des contribuables et des agents des contentieux.

Outre ces participants cités ci-haut, il y a eu aussi quelques inspecteurs des impôts ainsi que des chefs des bureaux.

Durant cinq jours, les participants ont été suffisamment outillés quant à la question de vulgarisation, une note de satisfaction; c’était à l’école Mgr Docteur Shaumba située dans la commune de la Gombe.

A l’issue dudit séminaire de vulgarisation, il a été exigé aux participants de passer à un test, or il est nulle part stipulé dans le statut des agents de l’Etat d’effectuer un test pour telle ou telle raison de service, apprend-on.

Les participants au dit séminaire ont exprimé leur étonnement quant à ce, et de se poser la question de savoir ce qui se cache réellement derrière cette idée de test des agents de la DGI.

Des sources indépendantes nous renseignent qu’à  la Direction générale des impôts (DGI), les agents sont sous payés, est-ce parce que la République démocratique du Congo, notre pays vit une situation politique toute particulière ? Il est donc indispensable de préserver la paix sociale au sein de cette entreprise de l’Etat pour ne pas envenimer la situation déjà précaire des agents de l’Etat.

Le nouveau  directeur général de cette régie financière de l’Etat, M. Sele Yalughili est appelé à prendre des mesures qui s’imposent pour éviter de tels désagréments au sein de l’entreprise, lui qui vient à peine de prendre ses fonctions à la tête  de la DGI.

Il lui a été également demandé d’avoir un regard particulier sur les conditions de travail des agents qui sont souvent gérés  par des ennemis de la République pour des raisons inavouées. Parmi ses préoccupations, le président de la République Joseph Kabila Kabange a mis en avant plan une meilleure condition de vie des Congolais en général et des fonctionnaires de l’Etat en particulier.

La balle est donc dans le camp de ceux qui gèrent la DGI pour qu’ils trouvent  des solutions durables pour aller dans le sens du discours politique du chef de l’Etat.

PKN

Related posts