Assemblée nationale :  Les motions contre Shadary et Thambwe renvoyées à plus tard

Ceux qui attendent un début d’examen des motions de défiance contre Alexis Thambwe Mwamba, ministre d’Etat de la Justice et Garde des sceaux et Emmanuel Ramazani Shadary, vice-Premier ministre et ministre en charge de l’Intérieur et Sécurité, peuvent, malgré eux, prendre leur mal en patience. Ces deux motions de défiance introduites mardi 13 juin au Bureau de l’Assemblée nationale ne seront pas examinées avant trois mois.

Les deux motions de défiance introduites mardi 13 juin au Bureau de l’Assemblée nationale  contre Alexis Thambwe Mwamba et Emmanuel Ramazani Shadary ne seront pas examinées avant trois mois.  Pour cause, conformément au calendrier officiel, l’Assemblée nationale clôture sa session de mars ce vendredi 16 juin et  les députés nationaux partent en vacances parlementaires pour trois mois.

Introduites mardi 13 juin, ces deux motions de défiance n’ont pas eu la chance d’être inscrites à l’ordre du jour des plénières des travaux de la chambre basse du Parlement.

Par contre, c’est plutôt le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (Esu), Steve Mbikayi et son collègue de l’Industrie qui seront entendus devant la représentation nationale ce vendredi 16 juin. Une communication du président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, est également prévue ce vendredi, apprend-on. Mais, par contre, aucune mention n’est faite quant à ces deux motions de défiance dont le débat est fort attendu par l’opinion nationale et internationale.

Aussi le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, a déclaré  jeudi 15 juin que le Premier ministre Bruno Tshibala a sollicité le report du débat sur les motions de défiance contre Alexis Thambwe et Emmanuel Ramazani Shadary.

Il est reproché au ministre de la Justice notamment la mauvaise gestion de l’affaire de nombreuses attaques suivies d’évasions des prisonniers et détenus de prisons à travers le territoire national depuis celle du Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa (CPRK).

Quant au ministre de l’Intérieur et Sécurité, il lui est reproché entre autres d’être à la base de « la faillite de système de sécurité congolais », surtout dans le dossier de la milice Kamwina Nsapu qui endeuille quotidiennement les populations du Grand Kasaï depuis septembre 2016, date de l’assassinat du chef coutumier à Kananga qui s’était rebellé contre le pouvoir de Kinshasa.

Les deux membres du gouvernement, visés par ces motions,  sont actuellement en dehors de la capitale. Emmanuel Ramazani Shadary se trouvant dans la délégation du président Joseph Kabila en mission dans le Grand Kasai  et Alexis Thambwe Mwamba séjourne en Belgique où l’a surpris une enquête à la suite de la plainte déposée par les familles des victimes de l’avion Boeing 727 de la compagnie Congo Airlines (CAL) abattu en octobre 1998 à Kindu, au Maniema avec à son bord 50 personnes, dont des femmes et des enfants.

F.S

Related posts