Au cours d’une conférence  de presse au Pullman Grand Hôtel, Edem Kodjo appelle les acteurs politiques  à privilégier l’intérêt des Congolais

Le Facilitateur du dialogue congolais, l’ex-Premier ministre togolais, Edem Kodjo, invite les acteurs politiques à mettre à l’avant-plan les intérêts du peuple congolais avant les leurs et à trouver un consensus sur les questions qui les divisent. Il a lancé cet appel au cours d’un point de presse organisé mardi au Pullman Grand Hôtel Kinshasa. La sortie médiatique d’Edem Kodjo est intervenue au lendemain de la suspension par l’Opposition de sa participation aux travaux du dialogue national qui se tiennent à la Cité de l’Union africaine (UA) dans la commune de Ngaliema.

Le Facilitateur du dialogue qui avait passé depuis le début des assises des moments paisibles est entré dans une zone de turbulence suite à l’intransigeance des deux camps face à la question de la séquence des élections, particulièrement la présidentielle. Alors qu’elles se sont entendues sur la refonte du fichier électoral pour des élections transparentes et apaisées, la Majorité présidentielle (MP) et l’Opposition ne parlent pas le même langage en ce qui concerne l’ordre pour l’organisation des scrutins. Les uns et les autres campent sur leurs positions. Aucune concession n’est envisagée de part et d’autre.

Point n’est besoin de rappeler que pour la MP les élections devraient commencer par les locales et les provinciales pour finir par la présidentielle. Ce, après la refonte totale du fichier électoral. Du côté de l’Opposition, il n’est pas question de négocier cette question étant donné que la résolution 2277 qui fonde le dialogue auquel elle a accepté de participer insiste sur le respect de la constitution, notamment le respect du mandat du président de la République.

Les vues et les positions des uns et des autres sont diamétralement opposées. C’est ici qu’Edem Kodjo est appelé à jouer son rôle de médiateur. Ceux qui avaient réclamé la présence d’un facilitateur avaient sans doute vu juste car, face à l’impasse qui se présente devant ceux qui sont à la Cité de l’UA, il faut quelqu’un de suffisamment neutre pour amener les deux camps antagonistes à mettre un peu d’eau dans leur vin. L’ex-Secrétaire général de l’UA (OUA) a du pain sur la planche et doit user de toute sa diplomatie pour réussir son difficile pari.

Nous nous souviendrons que dans son discours d’ouverture du comité préparatoire et dans celui d’ouverture du dialogue proprement dit, Edem Kodjo a déclaré urbi et orbi que seule la cause de la RDC le préoccupait et non celle des individus.  » Je ne suis pas venu ici  pour servir la cause de tel ou de tel autre  » a-t-il martelé. Le moment est venu pour lui de traduire en actes sa profession de foi. La mission de médiation à Kinshasa étant sans doute la dernière pour lui, il est condamné à la réussir pour laisser son nom indélébile dans la mémoire congolaise et africaine.

Dans ses consultations, il est appelé à privilégier la voie des compromis comme il l’a laissé d’ailleurs entendre dans son point de presse vendredi 9 septembre dernier à la Cité de l’UA. Il doit éviter les extrêmes. L’heure n’est plus à la complaisance. Il n’y a pas non plus de place à des réactions épidermiques. C’est le moment où les intelligences doivent se mettre en exergue pour éviter à la nation le chaos qui se profile à l’horizon. Ce chaos ne profitera à personne, qu’il soit de la MP ou de l’Opposition. Si le consensus est vraiment impossible, pourquoi ne pas organiser tous les scrutins le même jour, pour vu que la CENI augmente le nombre des scrutateurs ?

Edem Kodjo est un africain comme les Congolais. Mais qu’un Togolais vienne rappeler aux Congolais qu’ils ont l’obligation d’aimer leur patrie laisse pantois et révolte même les vrais nationalistes. Dans cette Cité de l’UA où il se trouve des participants appelés  » Personnalités « , ne peut-on pas trouver ne fût-ce que dix sages pour suggérer  des pistes de solution au Facilitateur désigné par l’UA ?

Rombaut  Ot  

Related posts