Bulungu (Kwilu) : Le procureur de la République congratulé par le bureau des droits humains

Le travail qu’abat le procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Bulungu depuis son affectation à Bulungu au Kwilu n’a cessé de retenir l’attention de plusieurs milieux et de la population. La récente correspondance lui adressée par les services des droits humains de la contrée avec copie à toute la hiérarchie le congratulant pour les efforts qu’il ne cesse de déployer dans ce domaine des droits humains en est une preuve éloquente.

Le procureur Ngyenda  Makwala est félicité par le bureau des droits humains pour la lutte qu’il mène dans son ressort pour le respect des droits humains. Midishi Héritier l’encourage également à continuer sur la même lancée et à dire le droit en respectant scrupuleusement les droits humains.

Ce n’est donc un secret pour personne, le procureur Ngyenda Makwala, puisque c’est de lui qu’il s’agit, attaché au respect de la matière dont-il est question ici ne lesine sur aucun moyen pour appeler les OPJ et les magistrats de son ressort à respecter le droit de la personne humaine. C’est ce qui justifie de nombreuses formations organisées par lui pour outiller ces derniers. On l’a vu aussi sillonner son grand ressort : Bagata, Bulungu, Gungu, Idiofa et Masi-Manimba pour partager ses points de vue, les instructions de la hiérarchie et autres sur comment doit fonctionner normalement son service pour échapper aux critiques de la population.  Les arrestations arbitraires, les brimades, les gardes à vue prolongés en dehors du respect de la loi, les arrangements particuliers entre OPJ et parents des victimes dans les cas de viols pour ne pas les présenter devant le parquet, etc… sont à éviter.

Les cachots doivent être inspectés et les droits des détenus conservés et respectés, a plusieurs fois fait savoir le procureur aux OPJ à qui il a rappelé leurs rôles et travail. Pour lui, au fur et à mesure que le magistrat et les OPJ de son ressort feront  leur travail correctement, ils mériteront la confiance de la population.

Frédéric Ipani 

Related posts