Campagne d’inscription des enfants à l’école: L’implication des médias sollicitée

Sauf changement de dernière minute, le Gouvernement congolais à travers le ministère de l’Enseignement Primaire et secondaire (EPS) en partenariat avec l’Unicef, organise ce mardi 15 Août 2017 à Kinshasa, la campagne nationale d’inscription des enfants à l’école. Cette campagne qui intervient deux semaines avant la rentrée scolaire concerne principalement les enfants en âge d’entrer en 1ère année primaire, c’est-à-dire, de 6 et 7 ans.

 Cette information a été portée à la connaissance des professionnels des médias le vendredi 11 août  2017 au cours d’un briefing organisé par la cellule de gestion de communication de l’EPSP.

A cette occasion, les organisateurs ont rappelé le rôle combien significatif que doiventt jouer les médias dans la sensibilisation pour inciter les parents à envoyer leurs enfants en âge de scolarité à l’école. D’où les journalistes ont été appelés à s’impliquer pour la réussite de cette campagne qui vise l’inscription de plus de 4 millions d’enfants pour cette année.

Pour le directeur général du service de gestion de communication de l’EPSP, Nono Wahema, c’est depuis 2013 que le gouvernement congolais, à travers le ministère de l’EPSP, avec l’appui de ses partenaires dont l’Unicef, a pris l’initiative d’organiser cette campagne.

L’organisation de cette campagne qui intervient chaque année, a indiqué l’orateur, se justifie par le fait que selon une étude menée en 2012, il a été démontré qu’en RDC qu’il existait 7,4 millions d’enfants dont 3,5 millions de 6 et 11 ans et 2 millions de 6 et 7 ans étaient en dehors de l’école. Toutefois malgré l’évolution de la situation, les défis restent énormes. Les causes identifiées sont aussi bien politiques, institutionnelles, managériales que socio-économiques et culturelles.

Cette campagne, a-t-il fait savoir, s’appuie sur la mise en œuvre de la loi cadre 2014 qui a permis à ce que le gouvernement puisse consacrer l’enseignementde base universelle, pour permettre aux enfants congolais d’étudier gratuitement au niveau primaire. D’où avec ses partenaires, a-t-il souligné, le Gouvernement congolais fait en sorte que les enfants accèdent à l’école gratuitement. Le souhait est que d’ici 2025, tous les enfants en âge de scolarité accèdent à l’école.

Pour faire face à ces défis, il a énuméré un certain nombre d’interventions à savoir la microplanification de différentes activités, la mobilisation sociale, le plaidoyer, le lancement de la campagne (national et provincial), la diffusion des messages sur les médias locaux, la distribution des kits scolaires aux nouveaux entrants et le porte à porte deux semaines après la rentrée.

Auparavant, Noël Balume, spécialiste en communication de développement à l’Unicef, a fait une présentation dans laquelle, il a parlé des activités de communication en appui à la campagne de rentrée scolaire pour l’année scolaire 2017-2018. A ce sujet, il a indiqué que la communication pour le développement, processus social fondé sur le dialogue, s’appuie sur la méthode socio-écologique à utiliser pour permettre aux enfants d’aller à l’école. Il s’agit entre autres, l’implication des parents, l’entourage le plus proche, le niveau communautaire, l’environnement général et le niveau politique. Pour lui, plusieurs barrières sont liées à la hausse du nombre d’enfants et adolescents en dehors de l’école. Il s’agit notamment des distances qui séparent les enfants et de l’école, l’insécurité, le manque d’infrastructures, la mauvaise qualité de l’enseignement, la mauvaise gouvernance, le non-respect de l’application des mesures, la pauvreté, l’exploitation socio-économique des enfants, le manque d’intérêt et le manque d’information. Pour renverser cette tendance, l’Unicef, par la bouche de son représentant, sollicite l’implication de tout le monde. Il fait allusion ici aux décideurs, à la communauté et aux parents.

Camus Kinkumi K.

Related posts