Chef du Département des opérations de maintien de la paix de l’Onu :  Jean-Pierre Lacroix menace de traduire en justice les assassins de Sharp et Catalan

 » La justice pour Sharp et Catalan est une priorité majeure pour l’Onu, les Etats-Unis, le Chili et la Suède « , a-t-il déclaré alors qu’il venait d’arriver à Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï-Central.

Jean-Pierre Lacroix, chef du Département des opérations de maintien de la paix de l’Onu, a réitéré  mercredi 14 juin  à Kananga le souhait des Nations unies de voir être traduits en justice les auteurs des violences et particulièrement les assassins des experts de l’Onu, l’Américain Michael Sharp et la Suédo-Chilienne Zaida Catalan.

 » Tous ceux qui sont responsables des violations de droits de l’homme vont répondre de leurs actes. Continuer à faire le maximum pour mettre fin aux violences. J’ai une pensée aux experts de Nations unies qui ont été assassinés. Il faut que tous les responsables soient traduits devant la justice. Il faut faire en sorte que l’aide humanitaire arrive au Kasaï. Les Nations unies sont les amis de la RDC et du Kasaï,  » a déclaré Jean-Pierre Lacroix, à l’étape de Kananga où il se trouvait.

Pour le haut fonctionnaire onusien, l’enquête internationale ne vient pas court-circuiter le procès qui est en cours en République démocratique du Congo a-t-il ajouté, selon Actualité.CD à Kananga.

Jean-Pierre Lacroix  a souligné que  » l’objectif, c’est que tous les responsables soient traduits en justice. Il faut travailler en étroite liaison avec les autorités congolaises. Pour l’Onu,  les Etats-Unis, le Chili et la Suède d’où sont ressortissants ces experts, c’est une priorité majeure « .

Jean-Pierre Lacroix a affirmé s’être rendu dans la région du Kasaï pour « témoigner de la solidarité des Nations unies avec la population ». Cette région connaît de graves violences depuis août 2016. Plusieurs centaines de personnes y ont été tuées.

« Je suis aussi venu ici pour assurer  nos équipes de la Monusco de notre solidarité et de notre admiration pour ce qu’ils  font dans cette région, pour exprimer notre volonté de continuer à faire le maximum pour aider la population du Kasaï à retrouver la stabilité et mettre fin à la violence « , a déclaré Jean-Pierre Lacroix à son arrivée à Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï-Central.

Le secrétaire général adjoint des Nations unies en charge du maintien de la paix a également fait  remarquer qu’il s’était rendu au Kasaï pour faire en sorte que « l’aide humanitaire puisse parvenir aux populations ».

Les violences qui ont éclaté au Kasaï ont occasionné une grave crise humanitaire. Des milliers de personnes ont été contraintes de quitter leurs localités pour trouver refuge ailleurs. Certains se sont réfugiés en Angola voisin.

Ce haut-fonctionnaire de l’Onu est arrivé en RDC lundi 12 juin pour un séjour de cinq jours. A part Kinshasa et Kananga, il devra également se rendre  à Goma.  Au cours de son séjour, il devra rencontrer plusieurs acteurs politiques tant de la majorité que de l’opposition, ainsi que de la société civile.

Kléber Kungu

 

Related posts