Conseil national de suivi de l’Accord du 31 décembre / Vital Kamerhe : la présidence ou rien du tout

Vital Kamerhe promet de boycotter le Conseil national de suivi de l’Accord du 31 décembre et du processus électoral (CNSA) s’il n’est pas désigné président de cet organe tant convoité par les uns et par les autres, notamment Joseph Olenghankoy, Eva Bazaiba.

La position de Vital Kamerhe, président national de l’Union de la nation congolaise (UNC) n’est pas équivoque sur le Conseil national de suivi de l’Accord du 31 décembre et du processus électoral. Ou c’est la présidence ou rien d’autre.

Il a déclaré qu’il ne comptait pas faire partie du CNSA s’il n’est pas désigné comme président de cet organe, à en croire l’un de ses proches collaborateurs cité par Actualite.CD.

Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, président désigné de cet organe, les ambitions de Vital Kamerhe ne font aucun mystère. Il ne jure que par ce poste

.           Candidat à ce poste, comme d’autres postulants, Vital Kamerhe a protesté farouchement contre les déclarations du Premier ministre, Bruno Tshibala, samedi 10 juin, à l’occasion de l’an un du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement.

A l’occasion, Bruno Tshibala Nzenze a déclaré ouvertement que le poste de président du CNSA revenait à Joseph Olenghankoy (qui est à la tête de la dissidence du Rassemblement). Le chef du gouvernement ne pouvait pas dire       autre chose à l’endroit de celui qui avait présenté au Chef de l’Etat la liste sur laquelle figurait entre autres le nom de Bruno Tshibala !

« Je crois que Bruno Tshibala n’a pas compris son rôle de Premier ministre. Comment peut-il dire que c’est Olenghankoy qui sera le président du CNSA en violation de l’accord du 31 décembre? « ,a réagi Vital Kamerhe, blessé à vif, à ses proches avant d’ajouter,  » Si je ne suis pas président de cet organe, car j’ai la compétence des gestions. En exemple notamment,  j’étais  commissaire général adjoint au commissariat  général du gouvernement  (AFDL) chargé des relations avec la Monuc…..et je ne peux pas accepter de me laisser faire. Soit je suis président, soit je ne suis pas dans cette histoire « , aurait lâché Kamerhe, visiblement dépité par les déclarations de Bruno Tshibala.

Depuis le 13 mai, Joseph Kabila avait demandé aux parties prenantes de déposer dans 48 heures, les listes des délégués aux postes du CNSA, objet de tant de convoitises.

Le dossier est  donc pris en charge par de la présidence de la République.  A l’exception du Rassemblement dirigé par Felix Tshisekedi et Pierre Lumbi, toutes les parties au dialogue du Centre interdiocésain ont d’ores et  déjà déposé les listes de leurs délégués au CNSA auprès du cabinet du chef de l’Etat,

L’accord du 31 décembre attribue ce poste au président du Conseil  des sages du Rassemblement, mais depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, toutes les parties ont remis en cause le consensus autour de cette question et  exigé, par conséquent, un nouveau consensus pour son remplaçant.

La présidence du CNSA est convoitée par plusieurs acteurs politiques, notamment Vital Kamerhe, Joseph Olenghankoy, Eve Bazaiba du Front pour le respect de la constitution (FRC) et Odette Babandoa

François Salu

Related posts