Contrairement à la mauvaise rumeur, Lutumba Simaro va mieux qu’il y a six mois

Donné pour mort, au courant de la semaine, l’artiste musicien Simon Lutumba Ndomanueno Masiya dit Simaro ou le Poète, n’est pas encore disposé à voir son nom être écrit sur le registre des morts.

Pourtant, Kinshasa, réputée ville où  l’on accorde plus d’attention à la rumeur  qu’aux vrais informations, a une fois de  plus fait montre de sa réputation en répandant la rumeur selon laquelle, cet artiste âgé aujourd’hui de 79 ans serait décédé.

Mais quoique miné par le poids de l’âge, ce qui ne peut aller sans  petits ennuis de santé, liés à la vieillesse, il tient encore bon.

Démentant avec la dernière énergie cette rumeur répandue par des prophètes de malheur, Willy Tafard, le manager de l’artiste, avec qui, nous avions eu un entretien téléphonique à été formel en déclarant en ces termes :  » Simaro va mieux qu’il y a 6 mois. Il est légèrement indisposé, mais pas jusqu’au point de quitter définitivement  la scène ».

Un autre démenti demeure sans nul doute la visite que lui a rendue à son domicile, le ministre de la Culture, Sylvain Maurice Masheke, et dont l’élément audio-visuel a été diffusé en live.

Ce faisant, Simaro dont le mode d’expression a toujours été d’un caractère particulier a fustigé ses détracteurs en disant que la vie de tout un chacun appartient à l’Eternel, non sans avoir mis en garde ces jeunes qui croient qu’eux seraient créés par Dieu d’une matière biologique différente que cela avec laquelle, lui Simaro avait été créé. Comme pour dire que tout être humain est mortel

 » Je suis venu le réconforter moralement parce qu’il est malade et surtout par rapport aux récentes rumeurs qui ont circulé à son sujet. Dans un passé plus récent, le chef de l’Etat, J. Kabila avait instruit le gouvernement en vue de sa prise en charge médicale (…). Et l’on a eu à  l’évacuer en son temps à l’étranger, en France, pour des soins appropriés. Comme on peut le constater le gouvernement congolais a déjà fait quelque chose et continue à le faire « , c’est en ces termes que s’est exprimé le ministre de la Culture, à cette occasion.

Pour mémoire, retenez que cette fausse rumeur a été une fois de plus l’œuvre des réseaux sociaux qui s’avèrent être un moyen de communication dont les informations méritent tout de même, une vérification avant la vulgarisation.

Maurice Bakeba

Related posts