Dernière hausse du prix de carburant : Une décision surprenante

Les prix de l’essence et du gasoil à la pompe viennent de connaître une hausse. Une infime hausse de 50 FC du prix de l’essence et du gasoil représentant 3,5 % à peine. Cette hausse n’aura certainement pas d’incidence sur le coût du billet de transport en commun. Pour les transporteurs routiers cependant, cette infime hausse pourrait être lourde de conséquence dans leur bilan annuel.

Dans l’opinion, malgré les explications fournies par le ministre de l’Economie nationale Modeste Bahati Lukwebo pour justifier cette dernière hausse, celle-ci surprend. Elle surprend d’autant plus que la tendance dans le monde entier est à la baisse. Le baril de pétrole de la mer du Nord comme celui des pays exportateurs se négocient sous la barre de 46 dollars américains. Si l’on sait que le prix du litre à la pompe de 1.400 FC est le prix de vente à la pompe quand le baril de pétrole se négociait à plus de 130 dollars, on peut vraiment dire que la RD Congo est un pays à part.

Cette particularité de la RD Congo peut aussi s’expliquer dans la prise de certaines décisions qui étonnent. Il y a 1 mois, alors que le prix du sac de ciment se négociait à 10.000 FC, le gouvernement par le biais du ministère de l’Economie nationale a suspendu l’importation du ciment gris. Motif évoqué : sauver l’industrie cimenterie nationale, en l’occurrence la CILU, asphyxiée par l’importation en masse du ciment gris angolais.

Si cette mesure  a permis à la CILU de souffler et de sauver des emplois, elle a eu comme conséquence le renchérissement du prix du ciment. Le prix du sac de ciment gris est passé de 10.000 FC à 16.000 FC soit une hausse de 60 %. D’où la question de savoir pourquoi l’on doit à chaque fois frapper les consommateurs au porte-monnaie alors que ces derniers sont plus qu’asphyxiés ? Il est vrai que l’Etat a besoin d’argent pour faire face à la crise qui frappe les économies du monde entier. Est-ce que la hausse de prix est la seule voie pour la résoudre ? La question vaut la peine d’être posée. Parce-que sur ce volet précis, l’Etat donne vraiment l’impression d’être à bout de solution.

Pourquoi ailleurs,  l’on assiste à la baisse de prix des billets d’avion, l’amélioration de la trésorerie publique, la facture pétrolière ayant connu des baisses significatives, et chez nous, c’est  plutôt l’inverse qu’on observe ? Ce qui fait dire à certains que la RD Congo est un pays atypique. Et ils ont raison.

Philippe Mbayi Wete

Related posts