En visite de travail dans la province, Le PCA de l’OCC a visité les cimenteries  du Kongo Central

En séjour de travail dans le Kongo Central, après Matadi, Boma et Muanda, le Président du Conseil d’administration de l’OCC, Placide Tshisumpa Tshakatumba est arrivé à Lukala, le mercredi1erjuin 2017 autour de 18h00′,où il a été accueilli à son arrivée à la maison résidentielle Chèrefeuille de la Cimenterie de Lukala par le Chef d’agence,  Théophile Selubanzi Tekadiomona qu’entouraient le chef d’agence adjoint, les différents chefs de service et de section.Il sera reçu à dîner au restaurant du Cercle privé de la Cilu.

Durant tout son périple dans le Kongo-Central, le PCA était accompagné du chef du village, le directeur provincial de l’OCC, Jacques Kuika Muanda.

A la Cilu, Placide Tshisumpa Tshakatumba était accueilli par le Plant Manager,  Philippe  Espinasse accompagné de Jean – Laurent Ikoli et Henri Kuzamba, respectivement DRH et Chef de service labo.

L’hôte de la Cilu, à la tête d’une forte délégation, est immédiatement conduit dans la salle des réunions où lui sera faite une brève présentation de la Cilu, sa genèse, son évolution et son état de lieu. Les échanges ont également porté sur l’augmentation de la production, le renouvèlement de l’outil de production et les voies pour une politique de marketing conséquente dans un marché qui se veut de plus en plus concurrentiel.

Dans la suite, des explications sur le système   »  Sécurité, Santé et Environnement  » seront fournies à la délégation par le Chef de service SHE (Safety, Heath and Environnement), Maurice Makanzu. Cela avant la visite des installations.

La visite de l’usine a débuté par la Carrière. Une carrière située à prés de 500m de l’usine, en exploitation depuis 1945, mais dont le gisement  peut encore alimenter l’usine 70 ans plus tard.

De retour de la carrière, Placide Tshisumpa sera invité à admirer les merveilles du nouveau concasseur, du nouveau four en construction, broyeur  et de nouvelles ensacheuses.

 

À la découverte de la PPC/Barnet …

La délégation a également découvert lanouvelle cimenterie, P.P.C/ Barnet construite à quelques kilomètres du village de Malanga, sur la route en terre battue menant vers le territoire de Luozi, à  environ 20km de Kimpese. La nouvelle cimenterie à été construite par l’entreprise chinoise CINOMA. L’usine s’étend sur un site de 1200m de long et 500 m de large. Avec une carrière minière de 200 km2 équivalant à 5 carré miniers.

Le P.C.A de l’OCC sera reçu par le Directeur administratif et financier, le directeur général étant en mission à Kinshasa. La visite de la jeune cimenterie – sur un site bien aéré, avec une technologie simple et moderne – a commencé par le concasseur pour se terminer par les ensacheuses. La production journalière est de 3000 tonnes.

Pendant la visite, plusieurs points ont été évoqués dans des échanges intermittents notamment les actions sociales à un impact dans la vie des autochtones : construction des écoles, des Centres de santé, etc.

 

… à la Cimenterie Kongo  » CIMKO  »

Le P.C.A et sa délégation foulent le sol de Nyumba Yakiba (CIMKO) autour de 14h45′.C’est dans la salle de réunions qu’ont eu lieu les fructueux échanges entre les contrôleurs et l’équipe dirigeante de la CIMKO. Le débat y est sincère et chacune des parties y’accorde del’intérêt. A telle enseigne que signature du protocole d’accord et ouverture du poste OCC à la CIMKO sont attendues les tout prochains jours.

Quant à la visite de l’usine, elle s’est effectuée dans un climat d’ambiance bon enfant. Les guides ne cacheront pas leur joie de faire découvrir à leurs hôtes les merveilles de leurs installations. Dans la salle de contrôle – une salle qui n’a rien de plus que des ordinateurs – et au labo, parachevant le Directeur de l’usine, il lâchera à qui voulait l’entendre :  » nous avons la technologie de pointe ; maintenir la qualité voilà notre préoccupation. Nous avons l’art du ciment ; pour un ciment de qualité, il faut un laboratoire de qualité  »

 

A la Cilu, à Malanga (P.P.C) comme à la CIMKO, répondant à la presse, l’hôte de marque est précis :  » Nous sommes venus renforcer le partenariat OCC – cimenteries du Kongo Central. Pour les deux nouvelles, il nous faut finaliser les démarches déjà entamées afin d’aboutir à la signature des protocoles d’accord et à l’ouverture des postes en leur sein. Car, c’est seulement dans ces conditions que la qualité de leurs produits  sera certifiée et ceux-ci pris en compte dans les statistiques de l’OCC, l’œil du gouvernement  »

De plus, ici et là M. Tshakatumba n’a pas manqué d’évoquer la question sur le marketing qui se veut violent surtout qu’en ce moment les cimenteries devront évoluer dans un contexte concurenciel sans précédent.

Au terme de ce tour dans les cimenteries, Tshakatumba regagnera le quartier résidentiel de la Cilu.

 

OCC, situation sociale peu rose

Le dernier jour de son séjour dans la province ne sera pas de tout repos en termes d’activités.Dès 9h30′, le N°1 des contrôleurs doit affronter la masse laborieuse de l’agence. Chefs de service, de section et même de poste sont présents, attendant le message de tous les espoirs.

Après le mot de bienvenue du Chef d’agence, le  PC.A déroule le rouleau :  » Sur demande du Chef de l’Etat, il y a 7 mois, nous arrivions à la tête de l’établissement au moment où la maison connait d’énormes difficultés notamment des agents impayés depuis  plusieurs mois, des agents décédés sans décompte final, des IPR à régler, des arriérés des agents retraités et des dettes à payer ici et là « .

Nous avons trouvé beaucoup de contrats léonins : des contrats avec des entreprises qui n’ont ni adresse, ni référence. A titre illustratif ; l’office doit payer une dette de 3 500$ pour achat d’un ordinateur.

Bref, nous avons résilié tous les contrats léonins. L’OCC est un grand office mais où les agents se comportent comme des bandits. Ceux-ci s’amusent alors que la majorité des agents sont impayés et ont perdu la crédibilité dans la cité. Le patrimoine de l’OCC s’évalue à 242 000 000$ alors que les dettes sont à 248 000 000 dollars américains.

Désormais, nous ne payerons plus les agents par l’endettement mais par la production. Les contrevenants subiront des sanctions allant jusqu’au licenciement et il y aura des mutations. L’agent de l’OCC doit retrouver son sourire. Voila notre mission « .

A la fin de l’adresse, une seule question : les sanctions à l’endroit de ceux qui ternissent l’image de l’office.Ici Placide Tshisumpa est formel :  » Il y aura des sanctions non seulement administratives mais aussi judiciaires « .

Le face-à-face avec les agents se poursuivra dans le bureau d’abord avec l’équipe dirigeante, la délégation syndicale et enfin avec les femmes. Après quoi, le cortège est en direction du poste frontalier de Lufu.

A Lufu, l’homme est accueilli par l’ATA de Songololo et tous les responsables des services  de l’Etat opérant  à la frontière.

L’entretien avec le personnel de l’OCC/Lufu portera sur le travail, le travail bien fait au profit de tout l’office et de toute la nation congolaise :  » L’OCC est l’œil du gouvernement. Ne peuvent entrer dans le pays que les produits dont la qualité est certifiée. L’agent doit s’assurer que dans le fût d’huile, il ya réellement de l’huile. Que la collaboration entre les services de l’Etat soient franche et sincère  »

A l’issue de cette importante communication, le P.C.A visitera le nouveau laboratoire modulaire, lieu de consignation de 6 tonnes de produits avariés et le pont qui s’est affaissé sur la rivière Lovo (frontière angolaise).

Son dernier message devant la presse, à la frontière, est un message de soutien aux agents qui seraient sous menaces âpres saisie des marchandises. En sa qualité de député national, Tshakatumba a promis de s’impliquer pour mettre un terme au trafic d’influence,  »un autre mal qui répand la terreur » et  qui se veut un soutien aux antivaleurs.

C’est sur cette note que le PCA  reprendra la route de Kinshasa, satisfait d’avoir accompli sa  mission.  » Jugement aux résultats.  » ; dit-on !

 

Josué Lufulu lua Kanda

Related posts