Enrôlement des électeurs : Les Kinois se plaignent du désordre dans les centres d’inscription

La révision du fichier électoral est devenue effective sur toute l’étendue de la ville de Kinshasa.

Mais alors, les Kinois se plaignent déjà de la désorganisation constatée dans les différents centres d’inscription de la métropole congolaise, et ce notamment avec la lenteur des agents et le non-respect des personnes âgées ou des femmes enceintes.

Une situation qui se globalise dans les districts de Lukunga et de la Funa où les gens en ont marre de longues files d’attente.

Je suis arrivé avec ma grand-mère et jusqu’à présent voici déjà deux heures d’attente elle n’a toujours pas été reçue, a fait savoir un électeur de la commune de Ngiri-Ngiri.

Le président de la commission électorale nationale indépendante (Ceni) corneille Nangaa avait indiqué lors du lancement de la révision du fichier électoral à la foire internationale de Kinshasa, que les personnes âgées et des femmes enceintes devaient avoir la priorité pour se faire enrôler par rapport à d’autres personnes, une décision qui est bafouée par ces agents de la Ceni qui prennent des aires inutiles dans les tâches qui leur ont été confiées.

Actuellement, il se pose également un problème quant au document officiel que l’on devrait montrer devant les agents de la Ceni en cas de perte de la dernière carte d’électeur.

Selon corneille Nangaa, en cas de perte de sa carte d’électeur, il est impératif d’être muni d’un passeport, ou d’un permis de conduire ou encore d’une carte d’élève ou d’étudiant pour ceux des électeurs qui étudient et en l’absence de tous des documents officiels, l’électeur est contraint de présenter cinq témoins pour prouver sa nationalité.

Sur terrain, ce n’est pas toujours ce qui se passe, car selon un témoin, les agents de la Ceni font chanter les électeurs  en leur demandant un document qui devait  provenir selon certaines sources,  de la commune attestant la  nationalité de l’électeur.

Pire encore, pour être reçu en priorité  au détriment de ceux qui étaient avant vous, il suffit de glisser quelques billets de banques au policier commis à la garde du centre d’inscription pour avoir un accès facile et se faire enrôler avant les autres.

Une véritable cacophonie que les autorités de la centrale électorale doivent revoir pour éviter ce genre de désagréments qui surgissent dans les centres d’inscription à travers la ville de Kinshasa.

En effet, 4.413.038 électeurs sont attendus par la centrale électorale dans la ville de Kinshasa avec 969 centres d’inscription qui ont été  implantés par la Commission électorale nationale indépendante.

Avec une population estimée à plus de 10.000000 d’habitants, il est donc  nécessaire de mettre dans la ville de Kinshasa,  une véritable surveillance à voir le nombre d’habitants mélangé aux étrangers non identifiés parfois.

.      Avant le lancement de cette opération à Kinshasa, le vice-président de la Ceni, Norbert Basengezi avait  échangé avec une délégation des acteurs de la société civile du domaine de l’éducation civique et électorale œuvrant dans la ville de Kinshasa en vue de la sensibilisation de la population à l’enrôlement massif des électeurs.

Ce qui a été fait, mais donc à la Ceni de faire sa part de responsabilité, celle de réorganiser le système pour que les Kinois s’enrôlent dans la sérénité et dans le calme possible, cela aiderait aussi la Ceni.

PKN

Related posts