Festival Amani (« pour la paix »)endeuillé : L’un des organisateurs tué à Goma

Une bavure policière a endeuillé la 4ème édition du Festival Amani ( »Paix » en swahili) organisé du 10 au 12 février à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu pour la promotion de la paix dans cette partie de la République démocratique du Congo par la musique. Un des organisateurs de ce festival, Norbert Paluku dit  » Djoo  » a été tué dans la nuit de jeudi 9 à vendredi 10 février par un policier.

Le Festival Amani pleure donc Norbert Paluku, un des organisateurs du festival pourtant organisé pour promouvoir la paix par la musique dans cette partie de la RDC, tué par un policier la veille du début de l’évènement à Goma, au Nord-Kivu.

« Nous avons le regret et l’immense peine de vous annoncer le décès de notre cher ami Norbert Paluku dit ‘Djoo’, membre actif du foyer culturel de Goma et du festival Amani », peut-on lire vendredi sur la page facebook du festival.

Le festival Amani (« paix » en swahili) en est à sa quatrième édition qui se tient du 10 au 12 février à Goma, capitale de la province troublée du Nord-Kivu.

Ce policier, apprend-on, a tué par balle Norbert Paluku,  » membre actif du foyer culturel de Goma et du festival Amani (…) lors d’une altercation « , rapporte la Voix de l’Amérique. Le tueur présumé a été arrêté.

Âgé de 30 ans, « Djoo a tenté de s’interposer entre un policier et un scout lors des préparatifs du festival », a expliqué Éric Paluku, un autre membre de l’organisation du festival, cité par la source, affirmant avoir été témoin du drame.

Acheminés d’urgence à l’hôpital, le jeune homme a succombé peu après à ses blessures et le jeune scout y est encore hospitalisé en état critique.

La mort de Norbert Paluku n’a pas handicapé l’organisation des activités festivalières qui se déroulent actuellement sans désemparer au chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

 

Musiciens et danseurs venus de la RDC et de l’étranger

Le Festival Amani, qui est à sa 4ème édition, est une activité culturelle rassemblant des musiciens et danseurs venus de la RDC et de l’étranger (Burundi, Rwanda, Tanzanie, Kenya), pour partager et propager un message de paix. Pour le compte de la RDC, des artistes J.B. Mpiana, Jean Goubald notamment y prennent part.

Ce festival de musique et de danse a pour slogan  » jouer pour le changement et chanter pour la paix « . Il veut promouvoir la paix et la réconciliation et tenter de donner une autre image de la région. Pendant trois jours quelque 36 000 festivaliers sont attendus.

Selon Eric de Lamotte, son fondateur et promoteur, présente cet événement culturel.

 » Ici, avec 600 bénévoles, ce festival se fait pour promouvoir le vivre-ensemble, la paix et la réconciliation dans la région, pour montrer que cette région n’est pas seulement une région de guerre et de viol, mais une région dynamique dans laquelle une jeunesse veut le changement et est motivée à en être un acteur principal », a-t-il déclaré.

La province du Nord-Kivu, comme l’ensemble de l’Est congolais, est déchirée par plus de vingt ans de conflits armés, alimentés par des conflits fonciers, la concurrence

pour le contrôle des ressources minières de la région et des rivalités entre puissances régionales.

Kléber Kungu

 

Related posts