Goma et ses environs/ Flambée du choléra : un plan de riposte mis en place

La ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, dans l’Est de la République Démocratique du Congo et ses environs, territoire de Nyiragongo, font face depuis juin dernier à l’épidémie de choléra. A ce jour, les autorités provinciales sanitaires, les ONG ainsi que le gouvernement central sont à l’œuvre  pour conjurer ce fléau qui a déjà fait plusieurs dizaines de victimes.

A en croire  les chiffres livrés par le ministère de la Santé publique dont une délégation a séjourné à Goma la semaine dernière, environ 3 400 personnes souffrant de choléra sont enregistrées à Goma et ses environs, précisément dans l’aire de santé de Nyiragongo, située au nord de la ville.

La  situation sanitaire est telle qu’avec le ministère central de la Santé publique, la division provinciale de la Santé a établi un plan ajusté de riposte contre le choléra.

La dernière visite de la délégation du ministère de la Santé publique a eu des retombées intéressantes. La division provinciale de la santé a bénéficié   d’un appui du gouvernement central qui lui permet de mener de manière efficace des activités de prise en charge de nombreux cas de choléra à Goma et ses environs.

Dans la lutte contre le choléra déclenché depuis juin dernier, les autorités sanitaires de la province sont également appuyées par des organisations non gouvernementales. C’est le cas, par exemple, de la Fondation Antenna Genève en RDC, qui intervient dans la production de chlore liquide qui sert à rendre l’eau potable et à  désinfecter le Centre de traitement de choléra (CTC).

 

117 morts à Goma et ses environs

Le plan de riposte mis en place a  permis de réduire le taux de contamination des personnes dont le nombre est passé de 30 à 40 cas au début  à 26 actuellement. Il est prévu que le gouvernement central finance  certaines activités dont l’approvisionnement en eau potable dans la ville de Goma et ses environs en vue de lutter contre le choléra.

Au 8 août, sur 3140 cas de choléra déclarés à Goma et ses environs,  117 malades sont décédés. Un bilan fort macabre pour une population déjà confrontée à une situation sécuritaire fort préoccupante.

Cette situation de flambée épidémique de cas de choléra, apprend-on, est provoquée  par la rareté d’eau potable à Goma et ses environs suite à une interruption involontaire du fonctionnement de la Régideso  » consécutive à un problème de fourniture en électricité (…) « .

 

Plus de 75 cas répertoriés à Fizi

Il n’y a pas que le Nord-Kivu qui fait face à l’épidémie de choléra. La province voisine du Sud-Kivu est aussi confrontée à cette maladie où plus de soixante-quinze cas de choléra sont enregistrés en une semaine dans la zone de santé de Fizi. Alors que d’autres cas de choléra encore signalés dans d’autres zones de santé du Sud-Kivu, comme à Uvira, dans la ville de Bukavu,  dans la zone de santé de Minova et celle de Katana, selon Radio Okapi.

Aussi les autorités sanitaires de la province appellent-elles la population à l’observance des mesures d’hygiène pour prévenir cette maladie. Elles conseillent notamment la consommation de l’eau bouillie d’avance, le lavage des mains au quotidien, et la propreté de tous les aliments.

La ville de Bukavu fait face actuellement à une pénurie de l’eau de la Regideso au robinet. La population recourt à l’eau du lac Kivu.

Les autorités sanitaires ont placé des  points de chloration d’eau à plusieurs endroits et d’autres mesures dans tous les ports maritimes où accostent des bateaux en provenance de Goma.

 

K.K.

Related posts