Grand Kasaï/ Environ  2, 8millions de personnes en insécurité alimentaire

Le bureau de la coordination des affaires humanitaires des nations unies (OCHA) en République démocratique du Congo renseigne qu’environ 2, 8 millions de personnes sont en grave insécurité alimentaire dans les provinces du Kasaï, Kasaï Central, Kasaï Oriental, Lomami et Sankuru.

 

Il s’agit de près de 2,8 millions de personnes en  » urgence alimentaire (phase 4).

En effet, la région du Kasaï compte 36% des 7, 7 millions de personnes en insécurité alimentaire sur l’ensemble du territoire national, indique cette agence des Nations unies.

L’agence onusienne précise que cette situation résulte des conflits armés, de l’insécurité et des déplacements.

A en croire Ocha,  ces causes ont fait rater aux populations deux saisons agricoles.

A cela s’ajoute la dépréciation du franc congolais qui a entrainé une forte baisse du pouvoir d’achat et s’est greffé à un contexte de pauvreté antérieur à la crise.

Toujours dans ce registre de l’espace grand Kasaï, Ocha annonce que quelques réfugiés congolais ayant traversé la frontière angolaise fuyant les violences dans les régions du Kasaï commencent à revenir.

Selon notre source,  des mouvementsde retour spontanés de l’Angola sont observé à Kamonia.

Le gouvernement provincial du Kasaï a signé un accord avec l’Angola le 29 juillet 2017 afin de faciliter le retour des Congolais qui y avaient trouvé refuge, fait savoir Ocha dans un rapport publié hier  lundi.

En juin dernier, l’Angola avait officiellement demandé l’intervention de la communauté internationale pour secourir les 30.000 réfugiés congolais installés sur son sol suite aux violences dans les Kasaï.

C’était au cours de la 35ièmesession des droits de l’homme de l’ONU à Genève en Suisse.

Sur le plan interne, les mouvements de retour ont eu lieu dans la province du Kasaï central avec 122.000 personnes dans la ville de Kananga et 9.000 retournés dans le territoire de Kamiji dans la province de Lomami, indique Ocha.

Le grand Kasaï a été depuis plusieurs mois le théâtre des affrontements entre les forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les miliciens de Kamwina Nsapu, lesquels affrontements ont fait plusieurs victimes et des milliers de déplacés vers d’autres pays de la sous-région.

Depuis, des efforts ont été entrepris par le gouvernement de la République pour mettre hors d’état de nuire ces ennemis de la République.

Cette situation a même été à la base du doute sur la révision du fichier électoral dans le grand Kasaï où il était pratiquement impossible pour la commission électorale nationale indépendante (Ceni) d’organiser l’enrôlement des électeurs.

 

PKN

Related posts