Hier mieux qu’aujourd’hui

La situation de la République démocratique du Congo (RDC) va de mal en pire. Au lieu de progresser, le pays ne fait que régresser. Les preuves sont légion pour attester notre allégation. L’exemple le plus patent est celui de la descente aux enfers de la monnaie nationale. A la veille de la fin de l’année 2016, le Franc congolais se changeait au taux de 930 pour un (1) dollar américain. Aujourd’hui la devise américaine vaut 1550 FC le dollar. Pourtant durant plus ou moins cinq ans,la monnaie nationale a gardé une stabilité extraordinaire bien que les conditions de vie de la population ne soient pas sensiblement améliorées. Au lieu de maintenir le cap, les deux gouvernements mis en place depuis décembre 2016 se montrent impuissants. Aucune solution en vue pour arrêter la dégringolade du franc congolais.

Une autre preuve de notre constat est la situation actuelle des agents et fonctionnaires de l’Etat qui vont très bientôt connaître deux mois d’arriérés de salaires. Pareille situation n’a plus jamais été vécue depuis plus de cinq ans. Les personnels payés par l’Etat avaient oublié la triste époque où leurs salaires leur étaient alloués à intervalles irréguliers et où ils enregistraient des manques à gagner à cause des liasses incomplètes. Mais avec la bancarisation de la paie, bien que les salaires n’aient pas été augmentés, la régularité était au rendez-vous. Les agents et fonctionnaires de l’Etat n’avaient plus de soucis à se faire face à leurs bailleurs à la fin du mois. Ces personnels sont de nouveau tombés dans la galère.

Face à cette situation, le gouvernement Tshibala semble perdre la boussole parce qu’aucune solution n’est envisagée pour la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat. Pourtant, le chef du gouvernement est allé annoncer lui-même devant les députés qu’il paierait cette catégorie des travailleurs au taux de 1450 FC à partir du mois de juillet. Quelle mouche l’a piqué pour prendre un tel risque ? Sans doute donne-t-il aujourd’hui raison à celui qui a affirmé que la critique est aisée et la pratique difficile. Où a-t-il mis son discours incendiaire lorsqu’il se réclamait de l’opposition ?

Avec les grèves déjà enclenchées et celles annoncées par les agents et fonctionnaires de l’Etat et des enseignants, le pays risque de connaître un véritable chaos. A comparer la situation de dernières années à celle d’aujourd’hui, nul de sensé ne doit dire que les Congolais ont vu leurs conditions de vie se requalifier de manière positive.

A cause de la pauvreté qui s’accentue dans le pays, il n’est pas étonnant que les conditions sécuritaires en fassent les frais étant donné que les jeunes, abandonnés à leur triste sort, se laissent manipuler par les vendeurs du vent. Tous les soubresauts enregistrés ci et là à travers le territoire national sont la preuve plus que tangible de la situation que nous stigmatisons.

Pour sortir du bourbier actuel, il faut que tous ceux qui gèrent au quotidien la respublica fassent preuve d’innovation et sortent des sentiers battus, à défaut de se référer aux mêmes stratégies positives de ceux qui les ont précédés, parce qu’eux au moins sont parvenus à arrêter la déliquescence de l’Etat. A défaut, nous allons tous nous noyer parce que lorsque le navire chavire, il y a très peu de chances de se sauver parce que dans la débandade généralisée, les uns et les autres s’accrochent pour finalement échouer au fond de la mer. Et ce sera le requiem pour la RDC.

Rombaut Ot

Related posts