Il rebondit après plusieurs décennies d’éclipse: Wamba dia Wamba nommé président du BDM

Joseph Nsonizeno est nommé directeur du Bureau politique

Après plusieurs années de traversée du désert, le Pr Ernest Wamba dia Wamba vient d’être nommé à la présidence de Bundu dia Mayala (BDM), parti politique cher à Zacharie Badiengila alias Ne Muanda Nsemi.

Zacharie Badiengila alias Ne Muanda Nsemi, chef spirituel de Bundu dia Mayala, a nommé Ernest Wamba dia Wamba, ex-RCD, président national de Bundu dia Mayala (BDM). Cette nomination a été rendue publique dans un communiqué signé le 14 mai 2017 par Me Fula Matingu et Joseph Sita Nsonizeno, respectivement secrétaire général et directeur du bureau politique de ce parti politique. Ils seront secondés par Mbuta Wampuna et Mbuta Ngoma Mpezo, respectivement vice-président national et directeur adjoint du bureau politique, selon Kongo Dieto 2966 (le Bulletin d’information de BDM).

Joint au téléphone, Joseph Sita Nsonizeno, a expliqué pourquoi Ne Muanda Nsemi a jeté son dévolu sur lui en lui confiant la direction du bureau politique de son parti politique. Il a trouvé en lui une personne capable de réorganiser le Bundu dia Mayala. En plus, il a voulu témoigner sa reconnaissance à Joseph Sita pour ses nombreuses visites qu’il lui a rendues alors qu’il était incarcéré au Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa (CPRK).

Ernest Wamba dia Wamba. Né en 1942, à Sundi-Lutete, dans la province du Kongo Central, il a été professeur d’histoire et a participé à la Conférence nationale souveraine (CNS).

Cette nomination intervient alors que Ne Muanda Nsemi, fondateur de Bundu dia Mayala, est porté disparu après l’attaque suivie d’une évasion massive du Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa (CPRK) ex- Prison centrale de Makala dans la nuit du 16 au 17 mai. Cette attaque attribuée aux adeptes de Bundu dia Mayala a provoqué l’évasion spectaculaire de quelque 4 600  prisonniers et détenus de cette maison carcérale ainsi que plusieurs dizaines de blessés et des dégâts matériels importants dont plusieurs véhicules incendiés.

Poursuivi par la justice congolaise notamment pour offense au chef de l’Etat, Ne Muanda Nsemi avait été arrêté en mars dans sa résidence privée après une descente de la police nationale du Congo (PNC) conduite par Célestin Kanyama lui-même. Zacharie Badiengila sera écroué par la suite au Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa.

Placé sous résidence surveillée, Ne Muanda Nsemi ne l’a jamais été véritablement jusqu’à son évasion qui est restée à ce jour un mystère.

Ernest Wamba dia Wamba, le nouveau président national de Bundu dia Mayala, est très engagé politiquement fin des années 1990 et début 2000. Un engagement qui l’avait porté à la tête du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) durant la seconde guerre du Congo. Originaire du Kongo Central, il est né en 1942, à Nsundi-Lutete, une mission protestante dans le territoire de Luozi.  Ancien sénateur durant la période de transition en RDC.

Ancien professeur d’histoire à l’université de Dar es-Salaam en Tanzanie, il a également enseigné à l’université Brandeis et à l’université Harvard.des Etats-Unis d’Amérique. C’est dans ce pays qu’il épouse Elaine Brown, une Afro-américaine, avec qui il aura trois fils, Philippe Wamba dia Wamba, Kolo et James.

Lors d’une visite du village de ses parents en 1981, Wamba est arrêté par le gouvernement de Mobutu Sese Seko et est emprisonné pendant un an pour avoir écrit un article considéré subversif.

Ernest Wamba dia Wamba a participé à la Conférence nationale souveraine (CNS) tenue à Kinshasa de 1990 à 1992, alors que le pays s’appelait encore  Zaïre. En 1997 il est coauteur du livre African Declaration Against Genocide avec Jacques Depelchin. En 1997, il obtient le prix du Prince Claus.

Il va connaître une traversée de désert durant plusieurs années due essentiellement à des problèmes de santé qui l’ont contraint de rester en dehors du pays.

C’est entre des mains expertes d’un homme de sciences doublé d’un politicien que Ne Muanda Nsemi a confié les destinées de son parti politique.

François Salu

Related posts