Ituri : Les moyens de subsistance de la population menacés par la grippe aviaire

L’épidémie de la grippe aviaire continue de menacer les populations de la grande province orientale. Selon Fabien Lefèvre du groupe de communication des Nations unies, cité par radio okapi, l’épidémie de grippe aviaire déclarée dans la province de l’Ituri, avec la présence de la souche H5N8 très pathogène pour les volailles et d’autres oiseaux, menace les moyens de subsistance de la population.

Selon toujours Fabien Lefèvre, cette grippe peut toucher presque toutes les espèces d’oiseaux domestiques et sauvages.

Il fait remarquer qu’une équipe conjointe du Centre d’urgence pour les maladies animales transfrontières de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et du gouvernement s’est rendue sur place pour y effectuer un diagnostic et renforcer les capacités des services vétérinaires locaux.

Ces agents de terrain ont été formés à la détection de la maladie et à l’abattage de la volaille contaminée.

Il recommande à la population de signaler  » toute mortalité suspecte de volaille aux services provinciaux de l’Agriculture, pêche et élevage « .

Au mois de mai dernier, le gouverneur de l’Ituri, Abdalah Pene Mbaka, avait  déclaré l’épidémie de la grippe aviaire dans les localités de Joo et de Kafé au bord du lac Albert. La maladie avait  déjà tué plus de cinq mille poules et canards.

Les experts avaient  noté sa progression vers les localités de Kasenyi, Nyamavi, Kapuru, Mandje, Mokambo et Mahagi – port, le long du lac Albert.

Pour éviter la propagation de la maladie, le gouverneur de province avait,  il y a un deux mois,  annoncé la suspension de la commercialisation de la volaille.

« La circulation de la volaille de toute espèce se trouvant dans ces localités est strictement interdite. Et les marchés s’y trouvant sont fermés au commerce de la volaille. La volaille se trouvant dans un rayon de de 3 kilomètres autour de ces localités doit être systématiquement détruite dans le cadre de nettoyage sanitaire ». Avait déclaré le gouverneur de cette province.

La maladie, qui touche essentiellement la volaille, est transmissible à l’homme, avait  indiqué Daniel Paluku Kisaka,  alors ministre de pèche et élevage de l’époque.

« La grippe aviaire est une maladie à impact socio-économique et sanitaire négatif considérable. Pour le moment, la maladie sévit dans les localités de Joo, KafeTchomia, a laissé entendre le ministre s’exprimant justement lors de l’annonce de cette maladie en République démocratique du Congo.

Pour éviter l’expansion de la grippe aviaire vers d’autres territoires de l’Ituri, le ministre avait   strictement interdit à la population de manipuler les oiseaux à mains nues, de ramasser et de consommer les cadavres d’oiseaux domestiques ou sauvages.

PKN

Related posts