Joseph Kony n’a pas encore dit son dernier mot  : 40 personnes kidnappées par la LRA à Dungu

Parmi ces otages, deux contrôleurs techniques de la Céni.

La rébellion de Joseph Kony est loin d’avoir dit son dernier mot. Alors qu’on la disait affaiblie et hors d’état de nuire, on parle d’au moins quarante personnes kidnappées lundi 14 août par des rebelles de l’Armée de libération du seigneur (LRA pour pour Lord’s Resistance Army)  dans la localité Kana à 105 km de la cité de Dungu sur la route de Doruma, province du Haut-Uelé.

Des témoins cités par Radio Okapi  précisent que ces rebelles ont opéré de 7 heures à 13 heures locales. Ils ont dépouillé les passants de leurs biens avant de prendre en otage une quarantaine de personnes qu’ils ont amenées en forêt. Parmi les otages figurent deux contrôleurs techniques de la Commission électorale nationale indépendante (Céni)I. Ceux-ci ont perdu 18 clés USB contenant des données de 18 centres d’inscription, un téléphone Thuraya et une somme d’argent dont le montant  n’a pas été précisé.

A en croire la même source citant des sources proches de la Céni,  un des agents de la Centrale électorale kidnappés a réussi à s’échapper. Une pointe d’espoir : les données contenues dans les clés USB parties avec les otages, tempère la Céni, ne seront pas perdues parce qu’elles sont conservées dans les ordinateurs de la Commission électorale.

Par ailleurs, trois autres contrôleurs de la Céni faisant partie du convoi ont eu la vie sauve après avoir été alertés par une personne qui venait de s’échapper de ce piège. L’administrateur du territoire de Dungu attend le rapport des services spécialisés pour se prononcer sur ce sujet, apprend-on.

Alors qu’on la croyait affaiblie et hors d’état de nuire, la rébellion de Joseph Kony est loin de laisser tranquilles les populations civiles de certains coins de la RDC.

 

Fin de l’opération militaire américaine contre la LRA

En mars 2017, l’armée américaine avait annoncé  mettre fin à ses opérations en Afrique contre la sanguinaire Armée de la résistance du Seigneur (LRA) et son chef Joseph Kony   Lancée, il y a six ans, par les Etats-Unis contre la rébellion ougandaise, cette opération militaire  » touche à sa fin « , avait annoncé le général Tom Waldhauser, commandant des forces américaines en Afrique (Africom). Les objectifs ont été atteints même si le chef de la LRA, Joseph Kony, court toujours.

L’opération a coûté entre 600 et 800 millions de dollars depuis 2011. Elle n’a pas permis de capturer Joseph Kony, mais elle a réduit la LRA à  » l’insignifiance « , selon Tom Waldhauser.

 » Comme vous le savez, depuis 2011 nous nous sommes continuellement efforcés de chasser Joseph Kony et ses bandits. Ces cinq ou six dernières années nous avons capturé plusieurs centaines, peut-être un millier de membres de la LRA. Certains rapports affirment que nous avons quatre à cinq lieutenants hauts placés. Nous avons causé de nombreux dommages à cette organisation. Pour être franc, nous touchons au but. Nous avons fait beaucoup de progrès « , avait-il déclaré lors d’une conférence de presse donnée, le 24 mars.

 » Nous sommes inquiets du vide que nous pourrions potentiellement laisser derrière nous, bien sûr, mais il faut retenir que cette opération, bien que n’ayant pas permis de capturer Joseph Kony, a éliminé ce groupe du champ de bataille. Ces dernières années, la LRA a été réduite à une organisation sans importance « , avait-il ajouté.

Joseph Kony est recherché par la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité. L’un de ses principaux lieutenants, Dominic Ongwen, est actuellement jugé par la CPI. Au cours de ces dernières années, plusieurs lieutenants de Joseph Kony ont été soit tués soit se sont rendus.

François Salu

Related posts