Journée mondiale des enseignants : Le Gouvernement congolais déterminé à valoriser la fonction enseignante

Chaque année, le 5 octobre,  le monde entier célèbre la journée mondiale des enseignants (JME). La RDC n’a pas voulu rester cette année en marge du concert des nations comme dans le passé. C’est pourquoi, pour la première fois dans l’histoire du pays, le gouvernement a célébré cet anniversaire avec l’ensemble de la famille éducationnelle réunie à l’Hôtel Béatrice, en présence de quelques membres du gouvernement et des partenaires techniques et financiers qui appuient la RDC dans ce secteur notamment l’UNICEF, l’UNESCO et des ONG de la société civile. Cette année, la JME a choisi comme thème :  » Valorisons les enseignants, améliorons leur statut professionnel « .

Dans son discours de circonstance, le ministre de l’EPS-INC, Maker Mwangu a, au nom du gouvernement, réitéré la détermination de l’Etat congolais à ne ménager aucun effort pour valoriser la fonction enseignante. Il a rappelé que sous la houlette du président de la République et du Premier ministre, chef du gouvernement, la RDC a fait de l’accès à l’éducation et l’amélioration de la qualité de l’enseignement son cheval de bataille. Dans cette optique, a-t-il précisé, la politique du gouvernement consiste à assurer une carrière et des conditions de travail et de vie décentes au personnel enseignant qui se dévoue pour la formation des enfants congolais.

Il a relevé à l’actif du gouvernement plusieurs actions d’envergure dans ce secteur au nombre desquels il a cité notamment le relèvement des salaires moyens des enseignants dont le chiffre du nombre des payés est passé de 225.000 à 397.000 ; la réforme des programmes des sections pédagogiques en vue de la professionnalisation de la fonction enseignante,  la formation continue des enseignants et la création de la Mutuelle de santé des enseignants du primaire et du secondaire (MESP).  En dépit de ces résultats flatteurs, il a néanmoins reconnu qu’il y a encore beaucoup de défis à relever. Parmi ces défis, il a cité l’extension de la MESP et le paiement des enseignants dits NP (non payés) et des nouvelles unités.

De son côté, le représentant de l’UNESCO en RDC, M. Abdourahamane Diallo, a rappelé que comme toutes les années depuis 1994, le 5 octobre est un jour pendant lequel le monde entier célèbre la JME pour marquer le grand pas effectué en faveur des enseignants. Il a fait savoir qu’il y a exactement un demi-siècle depuis le 5 octobre 1966, se tenait une conférence intergouvernementale spéciale organisée par l’UNESCO à Paris en coopération avec l’Organisation internationale du travail (OIT), qui a adopté la recommandation OIT/UNESCO concernant la condition du personnel enseignant.

Cette recommandation énonce les droits et devoirs des enseignants, ainsi que que les normes internationales applicables dans les domaines, entres autres, de la formation initiale et continue, du recrutement, de l’emlpoi et des conditions d’enseignement et d’apprentissage. Il a souligné que depis son adoption il y a cinquante ans, cette recommandation est considérée comme un ensemble de directives importantes visant à améliorer la condition du personnel enseignant au profit de la qualité de l’éducation.

Selon lui, cette journée initiée par l’UNESCO, est un moment pour apprécier, évaluer et améliorer la qualité des formateurs dans le monde. C’est une occasion offerte pour examiner et résoudre les différents problèmes relatifs aux enseignants. C’est aussi une occasion de reconnaître et magnifier cette noble profession.

 

Les enseignants fiers de la bancarisation de la paie

Dans leur mot lu par leur représentant, les enseignants congolais se sont déclarés satisfaits de la bancarisation de la paie décidée par le gouvernement étant donné que cette opération est une réponse à leur  revendication. Ils ont également salué la création de la mutuelle de santé à leur faveur au regard de son bilan largement positif. Les enseignants ont aussi fait un plaidoyer pour le paiement de leurs collègues dits  » Non payés  » estimés aujourd’hui à environ 140.000 ainsi que la mécanisation de ceux dits nouvelles unités. Il faut, ont-ils déclaré, des enseignants de qualité pour un enseignement de qualité.

Quant au Président du conseil d’administration de la MESP, il a souligné le fait que cette structure qui est une œuvre des enseignants eux-mêmes, a restauré la dignité de ces derniers. La MESP prend en charge près de 260.000 malades par an et toutes les pathologies entrent dans son champ d’application. Après lui, un enseignant qui a été opéré de foie et l’épouse d’un enseignant opérée de cœur ont fait chacun et chacune un témoignage sur les bienfaits de cette structure qui est soutenue par une contribution du gouvernement, outre les contributions des enseignants membres de la mutuelle. Le gouvernement a la détermination d’étendre cette structure à travers tout le pays.

Le porte- parole de la confédération des associations des parents et élèves a proclamé haut et fort que l’ANAPECO est de cœur avec les enseignants à qui il demande de ne pas baisser les bras en dépit des vissicitudes de leur profession. Il faut coûte que coûte, a-t-il conclu, revaloriser le métier d’enseignant si l’on tient au développement de la RDC.

Rombaut Ot

Related posts