Kidnapping des abbés Charles  Kipasa et  Jean-Pierre  Akilimali: Les prêtres de Butembo-Beni exigent leur libération

L’Union des prêtres séculiers (UPS) du diocèse de Butembo-Beni exige la libération des abbés Charles  Kipasa et  Jean-Pierre  Akilimali enlevés dans la nuit de dimanche 16 à lundi 17 juillet à la paroisse « Marie Reine des Anges » de Bunyuka dans la chefferie de Bashu, au Sud-Est du territoire de Beni (Nord-Kivu).

Ces religieux ont fait une déclaration à l’issue d’une retraite sacerdotale annuelle à laquelle environ soixante-dix (70) ont participé et qui s’est clôturée samedi 22 juillet courant et ayant été sanctionnée par un communiqué.

 » Nous,  Prêtres  diocésains  de  Butembo-Beni,  formant  la  Fraternité sacerdotale  du  diocèse,  réunis  autour  de  notre  Evêque  diocésain,  à  l’issue de  notre  retraite  sacerdotale  annuelle,  avant  de  regagner  nos  paroisses  et communautés  sacerdotales  respectives,  tenons  à  exprimer  notre  extrême indignation  face  à  l’enlèvement  de  nos  confrères  Charles  Kipasa et  Jean-Pierre  Akilimali,  dans  la  nuit  du  16  Juillet  2017,  aux  environs  de  21h00, dans  la  Paroisse  Marie  Reine  des  Anges  de  Bunyuka,  par  des  inciviques vêtus en uniforme militaire. Nous exigeons leur libération sans condition « , indique le communiqué.

Les prêtres ont, par l’occasion, dénoncé l’insécurité grandissante qui sévit dans la région de Beni et Lubero à la base  et qui provoque des  » assassinats,  (…) vols et (…) viols « .

 » Nous dénonçons,  à  la  suite  de  nos  Pères  les  Evêques,  membres  de  la  Cénco,  la virulence  de  l’insécurité  marquée  par  des  incursions  nocturnes,  des agressions à l’arme blanche et à feu, ainsi que les assassinats,  les vols et les viols,  qui  ont  élu  domicile  dans  notre  contrée,  la  résurgence  des  groupes armés  qui,  sans  compter  le  nombre  des  tués,  provoquent  des  déplacements massifs des populations. Ces comportements dévalorisent la vie humaine et désacralisent aussi bien les personnes, les lieux que les objets consacrés. Ce qui est une profanation et un sacrilège ! « , dénonce l’Union des prêtres séculiers citée par Actualité.CD.

Les prêtres terminent leur communiqué par un appel  » à plus de vigilance, de sens de responsabilité et de patriotisme  » adressé à ceux qui ont la charge de sécuriser les personnes et leurs biens.

 » Nous en appelons aux  chargés  de  la  sécurité  des  personnes  et  de  leurs  biens  à  plus  de vigilance, de sens de responsabilité et de patriotisme », ont conclu les prêtres du diocèse de Butembo-Beni.

Les enlèvements et les assassinats sont courants dans cette partie de la RDC où l’insécurité est grandissante et où des conflits intercommunautaires entre Nande, Hunde d’une part et les Hutu d’autre part sont fréquents. Les deux prêtres enlevés sont de l’ethnie Nande, apprend-on.

En 2012, dans ce territoire du Nord-Kivu, trois prêtres assomptionnistes Jean-Pierre Ndulani, Edmond  Kisughu et Anselme  Wasukundi avaient été enlevés près de Beni par de présumés rebelles musulmans ougandais de l’Alliance des forces démocratiques (ADF). Cinq  ans après, on est sans nouvelles d’eux.

En mars 2016, un prêtre assomptionniste, le Père Vincent Machozi  Karunzu, avait été assassiné dans la même région. Huit mois plus tard, une religieuse, Sœur Clara Kahambu, avait également été tuée dans l’est du pays, à Bukavu. D’autres religieux y ont également perdu la vie. Il s’agit des prêtres Romain  Kahindo  et  Christian  Mbusa.

L’enlèvement des abbés Charles  Kipasa et  Jean-Pierre  Akilimali est venu simplement allonger la liste des religieux enlevés dans cette région troublée.

Les ravisseurs des deux prêtres ont exigé une rançon de 200 000 dollars américains pour leur libération.

Kléber Kungu

Related posts