La bonne riposte

Le vice-premier ministre (VPM), ministre des Affaires étrangères a révélé aux députés nationaux que suite aux sanctions de l’Union européenne (UE) contre certains officiels de la RDC, le gouvernement est en train de préparer des mesures de riposte contre ces sanctions qualifiées d’injustes.

L’UE a décidé notamment l’interdiction de séjour dans l’espace Shengen et le gel des avoirs de certaines autorités accusées de violation des droits de l’homme et d’entrave au processus électoral et démocratique en cours en RDC. Des ministres en fonction et ceux qui ont quitté le gouvernement sont frappés par la plus haute institution européenne.

C’est au cours de la plénière du lundi 12 juin dernier que le patron de la diplomatie congolaise a tenu ces propos.Son objectif était d’éclairer la religion des élus nationaux et d’obtenir leur soutien face aux sanctions ci-haut énumérées. A ce propos, il faut reconnaître qu’il est juste et compréhensible que les victimes d’une sanction réagissent pour défendre leur cause.

Dans le cas d’espèce, les concernés et le gouvernement ne doivent qu’adopter pareille attitude. Mais, comme l’a laissé entendre le VPM en charge des Affaires étrangères devant la représentation nationale, il ne fallait pas que le gouvernement réagisse de manière épidermique.De façon implicite, il voulait dire qu’il faut faire preuve d’intelligence et d’objectivité.

Effectivement il a raison. La bonne riposte à envisager contre ces sanctions est de prendre des dispositions courageuses au plan intérieur. Si nous jetons un regard rétrospectif sur l’histoire récente de la RDC, nous retiendrons que feu le maréchal dictateur Mobutu avait acquis de nombreuses villas à l’extérieur du pays notamment en France et en Suisse.Souvenons-nous de la fameuse résidence de Cap Martin où il a passé ses derniers jours.

Après sa mort, que sont devenues toutes ces propriétés ? D’autres ex Zaïrois qui avaient le vent en poupe pendant la deuxième république et qui s’étaient acquis des immeubles en dehors du pays ont presque tout revendu parce que se trouvant dans l’impossibilité de payer les taxes immobilières. Malheureusement nous constatons qu’aujourd’hui cette pratique n’a pas cessé.

Suite à ces humiliations, la meilleure attitude à adopter aujourd’hui consiste à faire effectivement preuve de patriotisme en investissant dans le pays. Pourquoi les dirigeants congolais ont-ils toujours tendance à loger leurs fonds dans les banques étrangères en lieu et place de celles locales ? Pourquoi raffolent-ils des vacances dans des villes occidentales alors que des parcs des Virunga au Nord-Kivu, les grottes de Mbanza-Ngungu et le  parc marin des mangroves à Muanda dans le Kongo-Central, la réserve à Okapis à Epulu dans l’ex-province orientale,  les chutes des Wagenia  à Kisangani, etc… n’ont rien à envier avec des sites européens où affluent nos dirigeants.

Pour éviter ce genre de choc frontal entre la RDC et ses principaux partenaires au développement, le gouvernement congolais ferait mieux de mettre en place un dispositif juridique interne et rigoureux interdisant certaines pratiques qui mettent à nu notre forte dépendance vis-à-vis de l’extérieur. Si aujourd’hui c’est l’UE qui interdit la circulation de certaines autorités dans son espace, nous ne savons pas ce qui peut arriver demain. L’Inde peut aussi décider que certains congolais n’aillent pas se faire soigner sur son sol, sans oublier que les Etats-Unis ont déjà pris des mesures restrictives contre certaines autorités de la RDC.

Nous nous proclamons souverains c’est vrai. Mais cette souveraineté doit être totale dans ce sens que, sans nous passer de la coopération internationale, nous devons être à mesure de nous auto-suffire dans de petites choses. Lorsque nous dépendons économiquement à plus de 60% de l’extérieur, nous aurons de sérieuses difficultés à faire face au diktat de tous ceux qui nous font nourrissent et nous habillent. La souveraineté ne se chante pas mais elle se vit.

Rombaut Ot

Related posts