La grand-mère et ses attentes

Un acteur politique congolais connu pour son langage peu ordinaire et ses références aux proverbes à chaque fois qu’il intervenait à l’Assemblée nationale, a une grand-mère qui l’aime outre mesure. A la veille du dialogue national, cet homme folklorique avait menacé de demander à la vieille dame de maudire ce forum au cas où il ne ferait pas partie du comité préparatoire. Face à cette intimidation, Edem Kodjo, le Facilitateur du dialogue, a pris peur et a fini par incorporer notre homme dans l’équipe. Malheureusement, tous ceux qui ont suivi le déroulement des assises se sont rendu compte que ce politicien n’a rien apporté de substantiel dans les débats, pendant les travaux préparatoires tout comme durant le dialogue proprement dit. L’opinion a fini par comprendre que l’homme n’était que ce tonneau vide qui fait beaucoup de bruits.

Mais aussi curieux que cela puisse paraître, bien que la grand-mère n’ait pas maudit le dialogue national, ce forum de la Cité de l’Union africaine (Ua) n’a pas produit les effets escomptés. C’est pourquoi, il a fallu un autre dialogue autour des évêques catholiques au Centre interdiocésain. Ici le petit-fils n’y a pas pris part. Mais il a été constaté qu’en dépit de la forte adhésion populaire à l’Accord de la St Sylvestre, les assises se sont clôturées en eau de boudin. Est-ce la conséquence de la malédiction de la vieille dame parce que son petit-fils a été hors course au Centre interdiocésain ?Ces deux situations prouvent à suffisance qu’en fait la grand-mère n’a aucune incidence sur la vie de la RDC.

En tout état de cause, la grand-mère a beaucoup jubilé lors de la publication du gouvernement Samy Badibanga parce que pour la première fois, son arrière-rejeton est devenu  » Excellence « . Il y avait de quoi festoyer et tuer des vaches pour manger avec tout le village. Après la fête, la grand-mère s’attendait à ce que les conditions de vie des membres du clan et des proches soient améliorées. Mais on lui fera comprendre que ses attentes ne pouvaient pas être satisfaites parce que le ministère occupé par le petit-fils n’était pas  » juteux « . Son Excellence n’était chargé que de faire les va et vient entre le gouvernement et le Palais du peuple pour mettre à jour les documents qui intéressent le Parlement et l’exécutif national. Du coup la joie de la vieille dame s’est estompée. Et lorsqu’elle apprendra qu’une nouvelle équipe allait être mise en place, elle a fait tout ce qu’elle devait faire pour que le petit-fils non seulement ne soit évincé du gouvernement, mais quitte ce ministère  » sec « qui n’offre pas beaucoup de dividendes à celui qui le chapeaute. Ses incantations ont produit de bons résultats. Le petit-fils est maintenu dans la nouvelle équipe qui ressemble à plus de 90% à la précédente. Ce qui réjouit la grand-mère cette fois-ci c’est le fait qu’on a confié à son arrière rejeton la charge de développer le monde dans lequel elle vit depuis qu’elle a vu le jour, étant donné qu’elle n’a jamais quitté son terroir.

Elle s’attend donc à ce que les milieux ruraux, en commençant par son propre village, connaissent des innovations dignes de la révolution de la modernité : cantonnage manuel des routes de desserte agricole pour faciliter l’évacuation des produits agricoles des paysans, approvisionnement en eau potable grâce au forage des puits, électrification rurale pour mettre fin à l’usage des lampes à pétrole, modernisation de l’habitat rural par des constructions des maisons décentes, construction des marchés modernes, … Si après le mandat de son petit-fils au gouvernement les conditions de vie dans les milieux ruraux demeurent les mêmes ou, si par malheur se dégradent, cette fois-là, c’est le petit-fils qui sera lui-même maudit. Celui-ci doit donc faire très attention au risque de s’attirer la colère de celle à qui il fait appel pour le tirer de la gueule du loup. Ça sera alors sa mort politique. On ne parlera plus jamais de lui. Personne ne s’en souviendra.

Rombaut  Ot

Related posts