La repentance d’un chef de gang à Masina : Le « général Laurent Nkunda » déclare abandonner la criminalité

Ceci n’arrive pas tous les jours :  un criminel, du reste un chef de gang, qui décide de son propre chef, d’abandonner la voie de la criminalité, est un événement important et inédit. Il s’agit d’un criminel qui se fait appeler « le général Laurent  Nkunda » du groupe de « Police de Maître », opérant au quartier 3 de la commune de Masina s’est repenti après 3 ans et demi de vie de criminel, en déclarant publiquement abandonner la criminalité.

C’est au cours d’une conférence publique tenue sur la route Kulumba (une artère asphaltée dans la commune de Masina) que ce criminel qui se fait passer pour un « général » a déclaré publiquement avoir abandonné les crimes et tous les mauvais actes qui sont contre la loi. Il faut retenir que le quartier 3 était sous la coupe de deux groupes des criminels rivaux appelés en termes de voyous « écuries ». Il s’agit de « Police de Maître », et « Jamaïque ». Le général Laurent Nkunda présidait aux destinées de la première « écurie ».

Après la repentance de son leader, « Police de Maître » a perdu de son efficacité et de son degré de nuisance. Si bien que le groupe « Jamaïque » a pris de l’ascendance sur le groupe rival et sur tout le quartier en général. Il a commencé à soumettre les habitants du quartier à un climat de terreur, et d’insécurité totale. Saccages, vols,  pillages et autres actes ignobles propres aux kuluna dudit quartier. Si bien qu’à partir de 22 heures, tout le monde se terre chez soi et quiconque s’aventure à l’extérieur a toutes les chances de croiser des kuluna.

La situation d’insécurité et la réputation d’antan du « général Laurent Nkunda » étaient telles que les habitants du quartier 3 attribuaient tous les actes à l’ancien chef du gang « Police de Maître ». La situation a évolué jusqu’au jour où « le général Laurent Nkunda » a décidé de prendre les choses en mains. Le 10 mai courant, il a lui-même appréhendé trois kuluna de l’écurie « Jamaïque » qui ont l’habitude d’opérer au coin de l’avenue Kunika où habite le « général ». Il les a ensuite conduits à la police, question de prouver son innocence.

Le geste du « général Laurent Nkunda », salué par les habitants du quartier 3, a, du reste, convaincu la population de son innocence dans la situation d’insécurité qui prévalait dans le quartier. Si l’exemple de ce vrai faux « général »  peut faire tâche d’huile auprès d’autres criminels qui écument la ville de Kinshasa, la quiétude parmi les Kinois ne tardera pas à revenir.

Mafu Malanda Winnie

Stagiaire/Ifasic

Related posts