La série noire d’évasions dans des prisons se poursuit : Le parquet de Matete et son cachot attaqués par des assaillants

Bilan : 2 morts et 17 évadés

Dix-sept prisonniers et détenus évadés, deux personnes mortes dont une policière et un assaillant, plusieurs personnes blessées, des dégâts matériels importants, tel est le bilan macabrement lourd  des attaques simultanées menées au Parquet de grande instance de Matete et du Bureau de la police du district de Mont-Amba, samedi 10 juin, vers 4 heures du matin par une vingtaine d’assaillants armés et vêtus de shorts et débardeurs noirs.

Les assaillants qui étaient une vingtaine d’hommes armés et vêtus de shorts et de débardeurs noirs ont d’abord attaqué l’état-major du Commissariat urbain du Mont-Amba, avant de s’attaquer au Parquet de grande instance de Matete. Pour la police citée par Actualite.CD, les assaillants seraient des ex-détenus de l’ex-Prison centrale de Makala, mais une autre source attribue ces attaques aux adeptes de BDM ou des miliciens Kamwina Nsapu !.

Selon les autorités judiciaires, ces attaques ont été menées par une centaine d’assaillants qui auraient visé la libération des détenus du cachot.

Au Parquet de grande instance de Matete, les assaillants ont rencontré la résistance de la police qui les a repoussés. Une policière est morte pendant les échanges de tirs. Un assaillant a également succombé de ses blessures.

Attaqué à la machette, l’OPJ de garde a été blessé au dos et à la tête. Un autre policier est blessé à la jambe et au bras.

Les quatre policiers armés d’Ak47 n’avaient longtemps résisté à la vingtaine d’assaillants armés. Des sources locales justifient le petit effectif de la police par le fait que beaucoup d’entre eux participent à une formation en cette période.

Dans leur fuite, les assaillants ont incendié des bâtiments, une dizaine de véhicules des privés dont celui du magistrat du parquet garés dans l’enceinte de l’institution judiciaire, ainsi que quelques motos. Ils ont emporté 4 motos.

Ces attaques ont favorisé l’évasion de 17 détenus, dont 14 du cachot de la police et 3 au Parquet de grande instance.Une enquête est ouverte pour déterminer les causes de ces attaques, l’identité des assaillants.

Les attaques du Parquet de grande instance de Matete interviennent trois semaines après celle de l’ex-Prison centrale de Makala ayant conduit à une évasion massive de détenus le 17 mai et d’importants dégâts matériels, dont des bâtiments et des véhicules des privés et de la PNC incendiés.

D’autres évasions se sont produites dans plusieurs autres prisons des provinces.  Le 19 mai, plusieurs dizaines de détenus s’étaient également échappés de la  prison de Kasangulu dans la province du Kongo Central, à 40 km au sud-ouest de Kinshasa, dans la prison de Muanda dans la même province, ainsi que dans une prison militaire de Kalemie dans la province du Tanganyika.

Les différentes attaques et évasions massives des prisonniers qui s’ensuivent relancent sans cesse la problématique de la sécurisation des maisons carcérales de la RDC. Les autorités ayant en charge la gestion des prisons semblent ne pas avoir tiré les leçons de l’attaque du CPRK.

Comme quoi, la série a toutes les chances d’avoir de beaux et longs jours devant elle.

François Salu

Related posts