Lemba – Quarter Masano : 60 $ pour le renouvellement de la fiche  parcellaire

Les administrés révoltés

Quelles sont les taxes qui sont perçues par la ville et celles qui reviennent  au gouvernement central ? C’est là une des quelques questions que ne cessent de se poser les Kinois et Kinoises au vue de la confusion,  peut-être entretenue, qui règne dans ce domaine précis de la perception de taxes ? Cette confusion pourrait-elle expliquer le jeu de ping-pong auquel sont conviés les Kinois et Kinoises quant à l’entretien des routes, de la lutte contre les kuluna et de la perception de taxes ?

La dernière mésaventure en date est celle que vivent les habitants de  Lemba et plus précisément ceux du quartier Masano. Il y a peu, les agents de ce quartier se sont déployés dans les avenues de ce quartier pour une opération de sensibilisation au renouvellement des documents parcellaires.

A les en croire, chaque propriétaire de parcelles est  convié à débourser un montant de 60 dollars pour le renouvellement de la fiche parcellaire. La nouvelle fiche parcellaire cartonnée et de couleur blanche sera établie en 3 exemplaires à raison de 20 $ l’exemplaire. Une  sera gardée au bureau du quartier, la seconde à la commune de Lemba au service habitat et population et la troisième sera détenue par le propriétaire de la parcelle. Si l’opération peut se justifier, elle suscite cependant auprès des propriétaires de parcelles une certaine grogne de part, sa nécessité d’abord. Quand on sait que les anciennes fiches de couleur bleue sont encore  dans un état acceptable. D’où la question de savoir  pourquoi changer ? Ensuite, si l’on doit changer, 60 $ par parcelle, pour 3 fiches cartonnées, beaucoup pensent que c’est trop cher payé. Vu la crise qui sévit, il y a risque aussi de voir  l’opération se terminer en eau de boudin, les uns et les autres refusent de payer vu le coût exorbitant de l’opération renouvellement des documents parcellaires.. Parce qu’au-delà de son caractère apparemment anodin, cette opération est une affaire de très gros sous. Combien, ne rapporterait-elle  pas au final si elle était étendue à l’ensemble de la commune qui va jusqu’au Mont-Amba soit au minimum plus de 5.000 parcelles ? Au-delà, est-ce que la ville est au courant ?

De l’avis des mêmes observateurs, cela ne pourrait pas être  le cas. Pour eux, si l’opération concernait toutes les communes de la capitale, les contribuables kinois auraient été sensibilisés pour son bon déroulement. D’où l’appel lancé par les propriétaires de parcelles, principaux concernés par cette opération, de voir la ville, particulièrement son gouverneur en la personne de André Kimbuta Yango, fixer l’opinion pour que celle-ci sache à quoi s’en tenir. La balle est donc dans le jardin de l’Hôtel de Ville.

Philippe Mbayi Wete

Related posts