Malgré la baisse spectaculaire du taux de change, Les prix sur le marché restent toujours inchangés

La République démocratique du Congo  est confrontée à une crise économique due précisément  à la baisse de cours  des matières premières, entrainant ainsi l’inflation et la dépréciation de la monnaie locale face à la devise étrangère.Si bien que le taux, depuis le week-end dernier, a connu une baisse spectaculaire par rapport aux deux derniers mois, les prix sur le marché restent toujours  inchangés. Il nous revient par exemple du marché de la Liberté après la ronde effectuée hier, que le prix d’une pâte de dentifrice Maxam  est à 600 FC, le prix d’une boite de margarine blue-banc de 225 g se négocie à 1.500 FC alors qu’avant c’était à 1.200 FC, un sachet détergent en poudre Saba se négocie actuellement à 200 FC et un savon Génie autrefois vendu à 250 FC,  est passé  à 300 Francs congolais. Et, ce malgré qu’un dollar américain s’échange actuellement à 1500 FC.

Cette dépréciation, comme on peut le constater préjudicie surtout les agents et fonctionnaires de l’Etat qui voient leur pouvoir d’achat revu à la baisse par rapport au pouvoir de vente. Malgré la hausse du taux de change sur le marché parallèle, ils sont toujours payés au taux de 92 FC. Taux  qui ne permet pas à leurs ménages de remplir non seulement le panier de la ménagère mais également de nourrir les deux bouts du mois.  Et que dire du loyer dont le montant est toujours fixé au taux du jour? C’est la grande préoccupation qui reste suspendue sur toutes les lèvres. La rentrée scolaire reste par ailleurs une autre paire de manche surtout lorsqu’on sait que la plupart des établissements scolaires fixent les frais en devise étrangère, ajoutés aux autres fournitures scolaires exigées par ces établissements.

Une situation préoccupante au point que l’intersyndical de l’administration publique avait déclenché un grand mouvement de grève pour manifester contre le Gouvernement pour son indifférence face aux revendications des agents et fonctionnaires de l’Etat. Heureusement,  les fonctionnaires ont décidé de surseoir ce mouvement de grève grâce au protocole d’accord signé récemment entre le Gouvernement et l’intersyndical de l’administration publique sur le réajustement du taux. A entendre, le représentant de l’intersyndical de l’administration publique, les agents et fonctionnaires de l’Etat seront payés au taux moyen (1.450 FC pour un 1 dollar U.S) à partir de la paie du mois d’août.

Cette situation devra interpeller le Chef de l’exécutif congolais  dont l’une des missions lui assignées est l’amélioration des conditions de vie des Congolais. Pour contenir cette impasse économique,Il doit en principe développer  des stratégies en s’appuyant sur les mesures prises dernièrement par le Gouvernement précèdent  pour lutter contre l’inflation et stabiliser le taux de change.

Ces mesures prises au terme de la réunion du comité de pilotage économique consistaient notamment  à améliorer la collecte des données et la chaine des recettes, à certifier  les réserves pour attirer les investisseurs, à  motiver  les agents et  fonctionnaires  chargés de la mobilisation des recettes,à élargir l’assiette des recettes.

Nombreux sont ces observateurs qui estiment que si  ces mesures une fois mises en œuvre, les choses pourraient s’améliorer, car le souhait de tout le monde est de voir le Gouvernement améliorer les conditions de vie de la population et surtout des agents et fonctionnaires de l’Etat aujourd’hui en difficultés.

Camus Kinkumi K.

Related posts