Mutuelle de santé des enseignants : Le gouvernement invité à revoir à la hausse sa subvention

La crise politique, économique et financière qui frappe de plain-pied la RDC n’épargne pas la Mutuelle de santé de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (MESP) qui n’a pour seules ressources que les cotisations de ses affiliés que sont les enseignants de ce secteur de l’éducation nationale, et la subvention du gouvernement. Face à la dépréciation de la monnaie nationale face au dollar américain, les deux sources des recettes de la MESP n’arrivent plus à permettre à cette structure d’assurer les soins de santé de qualité à ses affiliés. Il faut que le gouvernement intervienne vite pour éviter sa descente aux enfers. Il faut donc que l’Etat intervienne vite en augmentant sa subvention qui équivalait, avant la chute vertigineuse du FC, à 1.200.000 dollars américains au taux de 930 pour 1 $.

Aujourd’hui, ladite subvention vaut tout simplement 670.000 $ par rapport au taux actuel de change. En conséquence, la MESP a perdu presque 55% de son enveloppe initiale.

L’autre solution consiste à revoir à la hausse les salaires des enseignants conformément à la promesse du Premier ministre Bruno Tshibala. Si cette seconde alternative paraît difficile à réaliser au regard de la masse salariale des enseignants congolais, la première pourrait être la meilleure voie à explorer.

Lors de l’Assemblée ordinaire de la MESP tenue le week-end au Centre catholique Nganda, à laquelle ont participé les ministres honoraires de l’EPSP et quelques syndicats de ce secteur, Guy Mafuta, le président national, a mis en exergue l’importance de cette structure qui a contribué énormément à instaurer la paix sociale dans les milieux scolaires depuis sa création en février 2010. Là où est installée la MESP, notamment à Kinshasa, Lubumbashi, Kipushi, Kafubu et  Mbandaka, les enseignants ne cessent de jeter des fleurs à l’Etat congolais pour cette heureuse et louable initiative qui a permis de sauver plusieurs vies tant des chevaliers de la craie que de leurs membres de famille. A la veille de la rentrée scolaire qui s’annonce chaude avec les revendications salariales des enseignants, la solution à la crise financière que traverse la MESP contribuerait beaucoup à l’apaisement de la tension dans les milieux scolaires..

Par ailleurs, il sied de noter que selon les statistiques les plus fiables recueillies des milieux enseignants, la MESP prend actuellement en charge près de 400 mille familles d’enseignants. Par jour, elle enregistre une moyenne d’à peu près 850 consultations médicales.  » Sept ans après sa création, la MESP a rendu possible la prise en charge de près d’un (1) million de cas de maladies  » a indiqué Guy Mafuta.

La MESP, faut-il le reconnaître, est l’une des rares mutuelles de santé qui tient encore le coup dans l’environnement politico-économico-financier trouble de la RDC. La plupart de ce genre des structures ont été obligées de mettre un terme à leurs activités faute des moyens appropriés, leurs affiliés étant dans l’impossibilité d’honorer leurs engagements. Dans cette stabilité de la MESP, il faut louer l’apport du trésor public qui verse mensuellement sa subvention bien qu’actuellement elle soit devenue dérisoire pour des raisons ci-haut évoquées.

Magister Baseke

Related posts