Négociations Tshibala-Intersyndicale/administration publique : Le protocole d’accord signé mais…

Les pourparlers entre  le Premier ministre Bruno Tshibala et l’Intersyndicale de l’administration publique, entamés en fin de la semaine se sont clôturés avant-hier mardi sur la signature d’un protocole d’accord selon lequel les salaires des agents et fonctionnaires de l’Etat doivent être réajustés au taux moyen de 1450 FC/le dollar, et ce, à partir du mois d’août qui s’ouvre mardi de la semaine prochaine.

Mais, depuis un peu plus de quatre décennies, le peuple souverain de la RDC en général et les agents et fonctionnaires de l’Etat en particulier est habitué à ce genre d’exercices, pardon à ce genre de promesse. L’on devra avoir à l’esprit que les politiques congolais sont des gens qui n’ont aucun sens de l’honneur, des gens qui font des déclarations,  ou mieux des promesses tout en sachant qu’ils ne vont jamais les traduire en actes. Pour preuve, l’Accord de Mbudi, signé au mois de février 2003, est resté un simple chiffon jusqu’à ce jour. Sa mise en œuvre, à chaque fois envisagée, est à chaque fois remise en question.

En sera-t-il autrement aujourd’hui avec Tshibala ? Répondre par  affirmatif à cette question serait connaître mal les politiques congolais.  C’est fort de cette réalité que les agents et fonctionnaires de l’Etat sont invités à la prudence, eux qui, à chaque fois qu’il y a eu ce genre de promesses, ils les ont prises pour la parole d’évangile, s’endettant à gauche, à droite, voire contracter même d’autres mariages illégaux. Ça s’appelle simplement  » vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué « .

Pour les agents et fonctionnaires qui ont un esprit lucide, il faut attendre et voir. D’ailleurs à supposer que cette promesse de Tshibala soit tenue, le problème des agents et fonctionnaires de l’Etat reste entier, étant entendu qu’au moment de la paie du mois d’août, le franc congolais aura vraisemblablement atteint, voire dépassé la barre de 2.000 FC le dollar.

 

Rentrée scolaire hypothétique

Devant ce qui apparait déjà comme un chaos, plusieurs parents interrogés par -L’Observateur déclarent sans ambages que la rentrée scolaire 2017-2018 sera hypothétique.  Ces parents dont les ¾ se recrutent parmi les agents de l’Etat et les chômeurs.

Or, la rentrée scolaire pour un seul enfant peut aller jusqu’à 100 dollars, répartis comme suit : uniforme,  cartable, cahiers, cahier de communication… livres,… bien entendu, les frais d’inscription qui ne peuvent se situer en deçà de 25 dollars US. Quoi de plus normal que les parents, qui sont soit chômeurs, soit agents de l’Etat gardent leur progéniture à la maison en attendant voir si, par un coup de baguette magique, Tshibala peut arriver à ramener le dollar à 1.000 FC.

Et quand les enseignants entrent en scène aux côtés des médecins, d’autres agents et fonctionnaires, il y aura de quoi, pour le gouvernement Tshibala, remettre les pendules à l’heure. Ce qui est vrai pour l’heure est que, Tshibala  n’ayant résolu aucun problème allant dans le sens de ses promesses faites au peuple dans son discours-programme, ses jours à la Primature sont comptés. Comme quoi, tous ceux des amis et membres de sa famille qui attendent jusqu’à ce jour faire partie de son cabinet peuvent déjà déchanter car, à proprement parler,  il s’agit là d’un Premier ministre qui, (et peut être le premier du genre) qui n’a aucune marge de manœuvre.

Pour tout dire, les rares parents (surtout les politiques) qui auront préparé la rentrée scolaire de leurs enfants devront  attendre longtemps pour voir les portes des écoles s’ouvrir.

Magister Baseke

Related posts