Nord-Kivu : Le chef rebelle Ghislain Muhambalyaki capturé à Kaseghe

Un gros poisson est pris dans le filet des militaires des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) à la grande satisfaction des populations victimes des territoires de Lubero et de Beni, dans la province du Nord-Kivu.  Il s’agit du célèbre chef rebelle Mai-Mai, Ghislain Muhambalyaki.

Les forces loyalistes  ont capturé ce seigneur de guerre très actif dans le Grand Nord le samedi 10 juin courant, vers 17 heures locales dans le village de Kaseghe, situé à 16 kilomètres au Nord de Kirumba, en groupement de Musindi, dans la chefferie de Batangi, au Sud du territoire de Lubero.

L’arrestation de ce criminel notoire a été bien accueillie dans la région.  C’est le cas du Centre d’étude pour la promotion de la paix, la démocratie et les droits de l’homme (Cepadho) qui dans un communiqué parvenu à la rédaction de L’Observateur, dit avoir appris avec intérêt la capture du seigneur de guerre Ghislain Muhambalyaki, un Mai-Mai de grand renom, actif dans le Grand-Nord du Nord-Kivu.

Notre organisation,  poursuit le communiqué, salue ce joli coup de filet et félicite la collaboration de la population avec les services de sécurité militaire, collaboration grâce à laquelle ce criminel a été appréhendé.

Pour plus d’amples informations sur ce hors-la-loi, cette structure citoyenne rappelle que le tristement célèbre Ghislain Muhambalyaki était avant sa capture  le commandant second de la milice Mai-Mai Pareco du redoutable Sikuli Lafontaine. Il est réputé dans ses exactions contre les civils en territoires de Lubero et Beni.

Le Cepadho espère que ce chef rebelle sera immédiatement déféré devant la Cour militaire opérationnelle, siégeant en chambre foraine à Beni, pour qu’il réponde de ses crimes.

En outre cette organisation se félicite des opérations militaires déclenchées depuis le dimanche 11 juin courant pour traquer les miliciens  Mai-Mai dans leurs positions  de Kanzanza, Kandole, Hutwe, Ngekeni et Byanze en groupements Musindi, Hutwe et Buhimba en chefferie des Batangi et Bamate.

Pour conclure, le Cepadho encourage également  les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), la Police nationale congolaise (PNC), ainsi que les services de sécurité opérant dans le territoire de Lubero. Il les exhorte  à ne pas perdre de vue  la recherche de deux humanitaires du CICR kidnappés depuis le mercredi 7 juin courant  par des inconnus armés.

Dovin Ntelolo Diasonga

Related posts