Ouganda : L’avant-procès de Thomas Kwoyelo de la LRA s’ouvre à Kampala

L’avant-procès de Thomas Kwoyelo, ancien commandant de l’Armée pour la résistance du seigneur (LRA) s’est ouvert mardi 14 mars courant, en prévision du premier procès,qui va s’ouvrir bientôt, de cet ex- commandant de la rébellion ougandaise active en RDC, en Centrafrique et au Soudan spécialement.va s’ouvrir.

Mardi 14 mars, à Kampala, Thomas Kwoyelo  comparaissait devant la division des crimes internationaux de la Haute Cour de Justice pour son avant-procès. Alors que le procès de Dominic Ongwen, un autre ancien commandant de ce mouvement rebelle sanguinaire se tient en ce moment à La Haye.

Dans le cadre de l’avant-procès, ses charges lui ont enfin été lues pendant plusieurs heures : 92 au total présentées sous différentes juridictions : meurtre, kidnapping, pillages, actes inhumains, torture, viol, etc.

Alors que Thomas Kwoyelo avait été arrêté en 2009, c’est après plusieurs années que l’on peut espérer voir se dérouler le procès de celui qui était surnommé  » Latoni « .

La défense de Thomas Kwoyelo remet en cause la présentation de ces charges sous différentes juridictions.  » C’est vraiment grave parce que vous ne pouvez pas inculper une personne pour crime sous trois régimes juridiques différents. Dans un contexte international, vous avez tué quelqu’un, mais aussi dans un contexte local, et encore dans un 3e cadre. Donc nous souhaitons que ces charges soient rejetées et que l’accusé soit libéré « , estime Caleb Alaka, l’un de ses avocats.

 

Ouverture prochaine du procès

Au cours de l’audience, apprend-on, Thomas Kwoyelo, concentré, regarde tour à tour la juge et l’assistance, en prenant des notes de temps à autre, alors que la traductrice lui explique au fur et à mesure ce qu’il se dit.

L’avocat des victimes, Jane Amoot,i de son côté, se réjouit de l’avancée de la procédure, mais présente tout de même quelques craintes.  » Nous espérons que la Cour ne décidera pas que l’intégralité des charges est irrecevable. Les victimes attendent de la Cour, la justice. Et il s’agit aussi de raconter la vérité. Elles souhaitent participer au procès et expliquer à la Cour leur cas en détail « .

Cet avant-procès est une nouvelle phase importante qui doit mener à la confirmation des charges, et permettre, par conséquent, l’ouverture officielle du procès. A la satisfaction de nombreuses victimes en République démocratique du Congo, en Ouganda, en Centrafrique, au Soudan où la rébellion de Joseph Kony a sévi pendant plusieurs années.

K.K.

Related posts