Paiement de la rétrocession due aux régies financières , Le Gouvernement s’acquitte de son engagement  cette semaine

Les agents et cadres des régies financières peuvent aujourd’hui pousser un ouf de soulagement. Et pour cause ! le Gouvernement a décidé de leur payer la rétrocession cette semaine.

Cette nouvelle, comme on peut s’en rendre compte vient de désamorcer la grogne  au sein de ces trois régies financières ( Direction Générale des Douanes et Accises, Direction Générale des impôts et de la Direction Générale des Recettes Administratives, Judiciaires, Domaniales et de Participation) qui, à travers leur intersyndicale avaient donné au Gouvernement de la République un ultimatum de 72 heures à dater du vendredi 11 août 2017 pour trouver une solution aux revendications des travailleurs de ces régies qui exigent  l’opération retour de 5% sur les recettes réalisées aux mois de juin et juillet 2017 ainsi que celles des pétroliers producteurs.

Sensible à cette revendication qui constitue un droit légitime aux mobilisateurs des recettes, le Gouvernement a décidé d’honorer ses engagements cette semaine alors que l’ultimatum expirait hier lundi.

A en croire les informations en notre possession, ce retard  n’était pas dû à la mauvaise foi ni à l’incapacité de l’exécutif congolais comme pourraient  croire certaines sensibilités. Il fallait tout d’abord commencer  à assainir l’économie nationale secouée par la dépréciation du Franc Congolais face au dollar américain. Laquelle dépréciation prenait des allures inquiétantes au détriment du pouvoir d’achat du Congolais moyen. Grâce à une politique adoptée par le Gouvernement, le taux de change est passé aujourd’hui de 1700 FC à 1.500 FC.

Préoccupé par la chute des prix de principaux  produits d’exportation, le Gouvernement avait annoncé le 26 janvier dernier, à l’issue d’une réunion extraordinaire du Conseil des ministres présidé par  le chef de l’Etat, Joseph Kabila,  un train de mesures visant à stabiliser et à relancer  l’économie nationale confrontée aux effets négatifs de la conjoncture internationale difficile.

Le trésor,  indiquent des sources qualifiées, a perdu 1 milliard 300 millions $US au tout début de l’exercice budgétaire 2016, entrainant une chute marquée des exportations et des réserves internationales ainsi qu’une contraction des réserves de change.

Le Gouvernement devait donc parer au plus pressé dans un contexte difficile dû, pour l’essentiel, à des causes exogènes. Il fallait prendre le taureau par les cornes et agir. Suivant les orientations du Président de la République, le Gouvernement a mis en œuvre ces mesures par l’application des actions correctives visant à stabiliser  la situation économique. D’où, d’une part, le gel de paiement et l’amélioration de la qualité de la dépense, et d’autre part, l’accélération du processus de mobilisation des recettes publiques. Cette politique, assure-t-on, porte déjà ses fruits alors que tout le monde redoutait que la monnaie atteigne la crête fatidique de 2.000 FC pour 1 dollar, c’est plutôt à un mouvement inverse qu’on assiste.

Ici, il faut reconnaitre également les efforts inlassables que déploie le ministre des Finances, Yav Mulang qui ne ménage aucun effort pour faire respecter les 28 mesures économiques initiées par le chef de l’Etat, Joseph Kabila. Conséquence aujourd’hui de stabilisation du Franc congolais autour de 1.500 FC

Nombreux sont ces observateurs qui encouragent le Gouvernement à doubler les efforts pour mettre en œuvre ces mesures économiques dont les résultats se font déjà sentir.

 

Temwisa

 

Related posts