Planification familiale/ Plus d’implication des confessions religieuses

Au terme d’une table ronde qu’elles ont organisée dernièrement au Cercle de Kinshasa, dans la commune de Gombe, dont le thème était :  » Encore plus d’implication des confessions religieuses dans la planification familiale « , le monde religieux s’est engagé à apporter davantage sa contribution dans la planification familiale (PF). Dans ce secteur, le constat est que depuis un certain temps, la population congolaise s’accroît à un rythme rapide se traduisant par un taux d’accroissement annuel de 3,4% selon les résultats de l’Enquête démographique et de santé (EDS) 2013-2014.

 

A ce propos, beaucoup d’experts en démographie sont d’avis que la RDC verra sa population doubler, alors que les projections estiment déjà à plus de 100 millions d’habitants la population congolaise en 2025. Les résultats de la dernière EDS 2014 estiment à 846 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes, 28% de décès néonatals et 58% de décès infantiles.

Explicitement, ces résultats signifient qu’en RDC, on compte chaque jour 72 femmes qui meurent de suite des complications de grossesses ou de l’accouchement. Au nombre de facteurs explicatifs de cette tragédie sociale figurent la faible utilisation des méthodes de planification familiale, la prévalence contraceptive se situant à peine à près de 8% alors que les besoins non satisfaits en planification familiale sont de l’ordre de 28%. Au regard des bénéfices que procure la PF aux couples, à la famille et à la nation, en général, cette situation mérite l’attention, non seulement de la communauté nationale mais aussi de la communauté internationale qui doivent se mobiliser pour ce faire.

Pour l’autorité du Programme national de la santé de la reproduction (PNSR), cette table ronde a été une opportunité pour un changement de comportement. Dans le domaine de la PF, la RDC s’est dotée depuis 2014 d’un plan stratégique national à vision multi sectorielle qui nécessite l’implication de toutes les composantes de la vie nationale parmi lesquelles figurent en bonne place les confessions religieuses. Cette rencontre a été un cadre qui a permis de définir de meilleures stratégies possibles pour augmenter la contribution des confessions religieuses.

Dans son intervention, le président du Comité technique multisectoriel permanent de la planification familiale (CTMP/PF) a affirmé que la question de planification familiale a été reconnue comme étant une stratégie qui pourrait aider les pays du monde à réduire sensiblement le taux de mortalité maternelle et infantile. Pour ce qui est de la RDC, ce taux est très élevé. Aussi la question de PF s’est-elle cimentée par la parenté responsable. Et l’église, en tant que structure qui s’adresse à la communauté, est appelée à jouer un rôle important dans l’offre de service.

En substance, les participants à la table ronde organisée par les confessions religieuses ont reconnu que le manque de maîtrise de la fécondité par les couples, mais aussi et surtout par les jeunes, a un impact néfaste sur la santé des mères, des enfants, ainsi que de la communauté.

Rombaut  Ot

Related posts