Prix du carburant à la pompe : Pas de hausse, rassure le Gouvernement

Plus de peur que de mal. Le prix du carburant ne sera pas revu à la hausse comme craignaient le commun des mortels kinois. D’autant plus que la moindre augmentation de ce produit stratégique a toujours eu de répercussions sur les autres secteurs de la vie.

Le Gouvernement, par l’entremise du ministre de l’Economie, Joseph Kapika  apaise les esprits en annonçant au début de la semaine qu’il n’y aura pas de hausse de prix des produits pétroliers à la pompe.

C’est le résultat d’un compromis trouvé entre le Gouvernement et la profession pétrolière à l’issue d’une séance de travail organisée entre les deux parties à Kinshasa. « Nous accordons certaines facilités aux sociétés pétrolières, à travers l’extinction de leurs créances. C’est pour leur permettre d’améliorer, tant soit peu, leur trésorerie. En échange, nous gelons les prix à la pompe », a expliqué le ministre de l’Economie.

En effet, ce compromis ne s’est pas fait sans frais. Le manque à gagner enregistré par les pétroliers, manque  consécutif à l’embellie du franc congolais observée  ces derniers jours par rapport au dollar américain, indique-t-on, sera calculé chaque mois.  A en croire  le ministre de l’Economie, l’objectif  poursuivi est de permettre à l’Etat de voir comment éviter ou de payer ce manque à gagner.

Reconnaissant les difficultés de trésorerie très sérieuses qu’éprouvent les opérateurs économiques du secteur pétrolier, rapporte Radiookapi.net dans sa livraison du mardi 1er août courant,  le Gouvernement a décidé de leur accorder certains allégements fiscaux.

Les automobilistes qui saluent cette décision, tout comme certains Congolais se demandent jusqu’à quand le Gouvernement va tenir.  Ils estiment que l’embellie actuelle du Franc congolais face au dollar américain ne repose sur aucune base solide. Du jour au lendemain, le risque de revenir à la case du départ n’est pas exclu.  Vraisemblablement les opérateurs pétroliers reviendront à la charge pour revoir à la hausse le prix du carburant à la pompe.

En attendant, à la pompe, les automobilistes continuent effectivement à payer le litre d’essence à 1730 francs congolais.  Les autres produits pétroliers ont également gardé intacts leurs prix.

Le carburant a une grande incidence  sur l’économie nationale.  La hausse du prix d’essence ou du gasoil entraine automatiquement  la surchauffe de prix de denrées alimentaires  sur le marché, celui des services et autres biens de consommation. On imagine la détresse des populations de la ville de Kinshasa qui broient déjà du noir face aux valses de prix observées ces derniers jours sur le marché, si le prix du carburant venait d’être revu à la hausse.

La dernière majoration du prix du carburant à la pompe remonte au 8 juin dernier, il est passé de 1650 à 1730 francs congolais.  Il y a de cela donc un mois et trois semaines. Elle a été effectuée par le regroupement des sociétés pétrolières privées de la République démocratique du Congo sur toute l’étendue du pays.

Dovin Ntelolo Diasonga

Related posts