Ruée vers les marabouts

Depuis que le facilitateur du dialogue a produit et distribué aux participants au dialogue politique un projet d’accord politique à adopter au terme des assises, des rumeurs de plus en plus folles font état de la ruée de certains candidats aux postes ministériels vers les  » cabinets  » des marabouts. Ce projet d’accord politique, faut-il le souligner, prévoit la formation d’un gouvernement de large union nationale qui sera dirigé par un Premier ministre issu de l’Opposition. Cela a suffi pour déclencher les appétits gloutons de ces carriéristes politiques rd congolais qui sont incapables de se nourrir en dehors des mamelles de l’Etat.

Avant même que ledit accord ne soit conclu, une ébullition s’observe déjà. Ceux qui sont au gouvernement multiplient des gesticulations dans le but de s’attirer la sympathie du Raïs dans l’espoir d’être reconduits dans leurs fonctions. Au lieu de se confirmer par la qualité du travail, ils se perdent inutilement dans des pratiques peu recommandables. C’est ainsi que certains Kinois qui sont au parfum des gestes, faits  et fréquentations des marabouts, racontent que les cabinets de ces derniers sont pris d’assaut ces derniers jours par ceux qui tiennent mordicus à se maintenir au gouvernement.  De telles pratiques ne datent pas du règne de la Kabilie. Des témoignages des mobutistes invétérés révèlent qu’en leur temps, certains d’entre eux se rendaient dans des cimetières aux heures indues de la nuit pour des incantations dans le but de se maintenir ou d’accéder au gouvernement. Ceux qui ont porté ces faits à la connaissance des communs de mortels ont eu le courage de stigmatiser les limites de ces pratiques qui ont conduit leurs adeptes au naufrage. Malheureusement, cette triste expérience n’a donné aucune leçon aux opportunistes politiques de notre époque. Quand les uns perdent leur temps aux côtés de ces messieurs peu fréquentables,  d’autres membres de l’Exécutif se livrent aux dernières opérations peu crédibles alors qu’ils n’ont plus le cœur à l’ouvrage. Dans leurs cabinets, c’est l’ambiance de fin de règne. S’il y a des conseillers qui se montrent encore actifs, c’est pour traiter des dossiers  » juteux  » qui peuvent  permettre à eux et à leurs patrons de se faire un peu de beurre pour les jours des vaches maigres à venir.

Outre les ministres en fonction, l’on observe un regain de militantisme de quelques membres de la Majorité présidentielle (MP) dans les média en vue de se faire remarquer par l’autorité morale de cette famille politique.Ils se disent que le moment est venu pour eux de remplacer ceux qui sont là depuis belle lurette.  » Pourquoi seulement eux et  pas nous ? « , susurrent-ils. Dernièrement, lors de l’établissement de la liste des délégués de la MP au dialogue, nous avons été mis au courant du scandale provoqué par une respectable dame du PPRD qui a menacé de quitter ce parti pour n’avoir pas été retenue comme participante à ce forum. Quelle bassesse ? Nous risquons d’assister à ce genre d’incongruités après la constitution du futur fameux gouvernement de large union nationale qui ouvrira la voie aux reniements.

Du côté de l’Opposition, sans doute que ces politiciens qui avaient défendu bec et ongle la tenue du dialogue s’attendent à être récompensés pour leur combat. Mais la difficulté pour les membres de l’Opposition pro dialogue est le fait qu’ils avaient crié urbi et orbi qu’ils n’allaient pas au dialogue pour un quelconque partage du pouvoir. S’ils osent faire état publiquement de leurs ambitions, ils seront traités de moins sérieux. C’est pourquoi, jusque-là ils s’abstiennent de toute déclaration médiatique relative à ce sujet. Mais d’aucuns savent pertinemment bien que le moment venu, ils vont monter au créneau pour revendiquer leur part du gâteau.Ça sera alors la fin du bal des chauves.

Quant aux membres de la société civile, composante qui est devenue une véritable nébuleuse, les ambitions ne s’expriment pas encore publiquement au risque d’être pointés du doigt. Mais personne n’est dupe pour savoir que la plupart de ceux qui se réclament de cette composante sont allés au dialogue pour espérer en tirer des dividendes politiques, notamment arracher un poste ministériel. Il ne doit donc pas être une surprise d’apprendre qu’en ce moment des habitués des  » cabinets molili  » sont en train d’assiéger ces faux dieux qui font nourrir d’illusions ces hommes spirituellement nains.

Rombaut Ot

Related posts