Scolarisation des enfants : L’Unicef réitère son engagement à soutenir les efforts du  Gouvernement congolais

L’Organisation des Nations unies pour l’enfance (Unicef), réitère son engagement à soutenir les efforts du Gouvernement Congolais dans la scolarisation des enfants. Ce propos est du Représentant a.i. de l’Unicef, Dr Tajudeen Oyewale   prononcé hier mardi 15 Août 2017 à l’occasion du lancement officiel de la campagne d’inscription en 1ère année primaire des enfants de 6 et 7 ans pour l’année scolaire 2017-2018. Cadre choisi, l’Ecole Primaire 1 et 2 Lemba Sud, située dans la commune de Lemba.

 

Il a indiqué que depuis plusieurs années, le Gouvernement accompagné de ses partenairesmènent des campagnes d’inscription dont les résultats sont satisfaisants. Car, l’année dernière par exemple, plus de 3 millions ‘enfants ont été inscrits en 1ère année primaire. Toutefois, il a noté qu’il y a un bon nombre d’enfants qui sont encore en dehors de l’école. C’est pourquoi, il invite les acteurs concernés à travailler ensemble pour garantir une scolarisation universelle pour tous les enfants congolais. Cet engagement, dira-t-il, va contribuer aux objectifs du développement durable numéro 4 qui concerne l’éducation de qualité.

 »  Nous devons assurer l »éducation de qualité et inclusive de tous les enfants afin de leur permettre d’acquérir les connaissances et les compétences nécessaires à la vie. Ceci  implique de la part du Gouvernement congolais la création  des bonnes conditions pour l’apprentissage et le meilleurenseignement « , a-t-il déclaré. Avant d’inviter les parents à inscrire leurs enfants de 8 et 7 ans en première année primaire pour cette année scolaire.

Procédant au lancement de cette campagne, le Ministre de l’Enseignement Primaire et Secondaire, Gaston Musemena,  est largement revenu sur l’enquête menée en 2012 sur les enfants et adolescents en dehors de l’école qui renseigne que plus de 4 millions d’enfants et adolescents âgés de 5 à 17 ans étaient en dehors de l’école et dont plus de 3 millions d’enfants de 6 à 11 ans et 2 millions vivent en milieu rural. Par ailleurs, il a révélé que le rapport d’état du système éducatif national (RESEN) renseigne queles indicateurs de la couverture et l’achèvement à l’école primaire sont cas même encourageantes. Et ce garce à la campagne d’inscription organisée par le Gouvernement avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers dont l’Unicef.

En tenant compte des progrès réalisés, le Ministre de l’EPSP a indiqué que la campagne d’inscription pour l’année scolaire 2017-2018 vise le même objectif celui d’amener les parents à inscrire tous leurs enfants de 6 et 7 ans en première année primaire. D’où l’implication de tous les acteurs à savoir le pouvoir public, les partenaires techniques et financiers, le secteur privé, la société civile, les parents, les chefs d’établissement, la communauté et les médias.

 » Nous rappelons que nous avons un noble et impérieux rôle d’offrir à tous les enfants (filles et garçons) les moyens d’achever le cycle primaire afin de savoir lire, écrire et calculer. « , a-t-il déclaré. Il a invité par ailleurs les responsables concernés à appliquer les instructions du secrétairegénéral à l’EPSP contenue dans sa note d’orientation du 31 juillet 2017 sur l’organisation de la campagne d’inscription. Avant de remercier les partenaires techniques et financiers pour leur accompagne dans l’organisation de cette campagne qui s’appuie pour cette année sur l’un des principaux axes de la Stratégie Sectorielle de l’Education et de la formation 2016-2025, en l’occurrence l’accroissement de l’accès et de l’accessibilité à l’enseignement primaire, et sur la mise en œuvre de la loi-cadre du 11 février 2014.

Elle prend en compte aussi bien les progrès accomplis depuis l’enquête EADE que les enseignements relatifs à l’éducation inclusive et à l’éducation à la paix.

La cérémonie officielle du lancement d’inscription des enfants de 6 et 7 ans en 1ère année primaire, a été également marquée par la remise symbolique des kits scolaires aux élèves accompagnés de leurs parents.

Camus Kinkumi K.

Related posts