Sous le coup des motions de défiance : Alexis Thambwe et Ramazani Shadary devant les députés ce mercredi

Attaques répétitives des prisons à travers le pays suivies d’évasions spectaculaires des prisonniers et détenus, dossier des miliciens Kamwina Nsapu, cas de Ne Muanda Nsemi…Voilà quelques motifs parmi ceux auxquels Alexis Thambwe Mwamba, ministre de la Justice & Garde des sceaux et Emmanuel Ramazani Shadary, vice-Premier ministre chargé de l’Intérieur et Sécurité doivent répondre devant l’Assemblée nationale ce mercredi pour des motions de défiance que les députés nationaux leur ont adressées.

La chambre basse du Parlement va vibrer ce mercredi 14 juin avec les auditions de deux ministres du gouvernement Tshibala sous le coup des motions de défiance déposées par des députés nationaux.

Ramazani Shadary, de la majorité présidentielle, lors de travaux du dialogue national inclusif à Kinshasa, le 16/12/2016. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Dans une motion de défiance signée par 51 députés nationaux et déposée au bureau de l’Assemblée nationale mardi 13 juin par le député Muhindo Nzangi, élu de Goma province du Nord-Kivu, il est reproché au ministre de la Justice et Garde des sceaux les faits ci-après:

 »           Le mensonge sur la responsabilité et le maquillage des chiffres sur le nombre des évadés, affichant une attitude indigne d’un membre du gouvernement méprisant ainsi l’opinion en traitant d’idiots ceux qui n’ont pas cru à  la version des faits

 »           Le manque de considération à l’Assemblée nationale tendant à l’instrumentaliser en y présentant le projet de loi portant modification de la loi organique sur l’organisation et le fonctionnement de la Cour Constitutionnelle

 »           Le refus d’exécuter la loi sur l’amnistie, ainsi que les mesures de décrispation politique

Les signataires de la motion demandent à l’Assemblée nationale de voter pour la déchéance de l’actuel ministre de la Justice pour « permettre au gouvernement de se doter d’un vrai homme d’État capable d’assurer ses fonctions à la tête de ce portefeuille ».

Le dépôt de la motion contre le ministre Alexis Thambwe Mwamba est consécutive à la série d’évasions depuis le 17 mai dernier dans les différentes prisons du pays. Ces évasions ont provoqué la fuite de plusieurs milliers des prisonniers au Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa (CPRK) et au Parquet de grande instance de Matete à Kinshasa, à Kasangulu, à Muanda (Kongo-Central), à Kalemie (Tanganyika), et à Beni.

Plusieurs voix s’élèvent pour réclamer sa démission pure et simple.

 

Les deux grands péchés de Ramazani Shadary

Quant au  vice-Premier ministre chargé de l’Intérieur et Sécurité, Ramazani Shadary, également sous le coup d’une motion de défiance déposée contre lui auprès du bureau de l’Assemblée nationale lundi 13 juin 2017 ; il lui est reproché les griefs suivants :.

 »           La répression disproportionnée des membres de la chefferie Kamwina Nsapu après l’exécution de ce dernier par les forces de l’ordre. Cet incident est à l’origine de l’embrasement de l’espace Kasaï. On compte à ce jour plusieurs centaines de morts dont les deux experts de l’Onu, l’Américain Michael Sharp et la Suédo-Chilienne Zaida Catalan. Mais aussi,  la découverte d’une quarantaine de fosses communes atteste de graves atteintes aux droits de l’homme en RDC. A cela s’ajoutent plus de 300 000 personnes déplacées internes et 1,3 million de réfugiés en Angola.

 »           La  » double répression et séquestration  » dans les résidences de Né Mwanda Nsemi à Kinshasa. Les députés signataires de la motion estiment que l’assaut de la police contre le leader de Bundu dia Mayala (BDM) avait mis en danger les résidents du quartier pendant l’opération et que cela aurait pu coûter la vie à certains innocents.

Conformément aux règlements de l’Assemblée nationale, le Vice-Premier ministre chargé de l’intérieur et sécurité devrait se présenter ce mercredi 13 juin.

KK

Related posts