Territoire d’Idiofa : La mission catholique Ipamu en ébullition

Les habitants de la mission catholique Ipamu située dans la partie nord du territoire d’Idiofa, province du Kwilu, sont descendus dans la rue pour manifester leur indignation après le retour dans leur village du coordinateur sous-provincial des écoles conventionnées catholiques. Selon les informations recueillies des sources dignes de foi, ce tumulte de la population a été provoqué par le fait que le coordinateur sous-provincial a été victime d’un braquage sur la route Ipamu-Idiofa alors qu’il se rendait au chef-lieu du territoire pour verser les fonds dus à l’Etat par sa structure. Cette somme était de 9 millions de francs congolais (FC).Selon les explications de l’infortuné, le sac dans lequel était gardé cet argent était tombé du porte-bagages du véhicule en cours de route. C’est seulement à son arrivée à Idiofa qu’il s’est rendu compte de ce malheureux événement.

Cette version n’est pas acceptée des villageois qui pensent que cette importante somme d’argent a été simplement détournée par le coordinateur sous-provincial pour des fins personnelles. C’est pourquoi, ils réclament sa démission et ne veulent pas de sa présence à Ipamu où il est déclaré persona non grata.Mais l’enquête menée par les services compétents n’ayant pas établi sa culpabilité, l’intéressé est rentré à son poste. Et c’est ce retour qui a provoqué la colère des habitants de cette mission et des villages environnants qui sont les parents des élèves qui fréquentent les nombreuses écoles catholiques installées dans le coin.

Comme il fallait s’y attendre, les éléments de la Police nationale congolaise (PNC) postés à quelques kilomètres de là, plus précisément dans la commune rurale de Mangai, ont été dépêchés sur le lieu pour maîtriser les manifestants. A cette occasion, quelques- uns des manifestants ont été appréhendés et conduits au cachot de Mangai.

Suite à ce climat tendu, le chef de groupement Munken-a-Mbel répondant au nom d’Augustin Ifumu a été obligé de descendre sur le lieu pour apaiser la situation et calmer les esprits. Son intervention a porté des fruits et a été salutaire parce qu’en attendant la fin de l’enquête sur la disparition de ces 9 millions de FC, Ipamu a repris normalement son train-train de vie.Cette implication du chef de groupement valait la peine parce qu’avec la fameuse affaire Kamwina Nsapu, certains petits malins qui ne veulent pas que du bien à la RDC, pouvaient bien en profiter pour mettre de l’huile sur le feu surtout que des milliers de Kasaïens qui ont fui l’insécurité dans leurs milieux de vie sont venus en masse trouver refuge dans le territoire d’Idiofa.

 

Campagnes pour la paix

Des foyers de tension apparaissent de plus en plus dans plusieurs coins du pays. Si les autorités gouvernementales et provinciales n’y font attention, elles risquent d’être prises de cours et dépassées par les événements. Pour que nous n’en arrivions pas là, il est grand temps d’amorcer des campagnes de paix à travers tous les groupements et autres entités de base de la république.

A l’approche des élections que nous voulons tous libres, démocratiques, transparentes et apaisées, il n’est pas normal que le pays entre en ébullition. Il faut que tous ceux qui ont la moindre parcelle d’autorité, à quelque niveau de responsabilités où ils se trouvent, sachent se conduire en véritables patriotes et évitent de poser des actes susceptibles de mettre mal à l’aise la population.

C’est ici que les élus au niveau national et provincial sont invités à remplir véritablement leur mission qui est celle de défendre les intérêts de tous ceux qui les ont mandatés. Aucun secteur de la vie nationale ne doit échapper à leur attention. Pendant les vacances parlementaires,ils doivent être à l’écoute de leurs bases respectives pour recueillir leurs préoccupations et échanger avec eux sur les voies et moyens de trouver des solutions y relatives.

Pour revenir sur la situation de la mission catholique Ipamu où est situé l’un des plus grands collèges du diocèse d’Idiofa, les ressortissants du coin souhaitent que toute la vérité sur cette affaire de la disparition de 9 millions de FC éclate au grand jour et que, s’il y a eu vol, que les auteurs soient appréhendés et la somme récupérée afin que la paix puisse être rétablie entre la population du coin et le coordinateur sous-provincial.

Rombaut Ot

Related posts