Vendredi 28 avril courant à la Place des Evolués /Gombe : Lancement de la  1ère édition du Festival du livre et de la bible (FELIBI)

Une manifestation littéraire, grand public de grande envergure, est à inscrire désormais en lettre d’or dans l’agenda culturel en République démocratique du Congo.  Il s’agit du Festival du livre et de la bible (FELIBI), dont la première édition sera lancée le vendredi 28 avril courant à Kinshasa, sur la Place des Evolués dans la commune de la Gombe.

La capitale de la RDC, Kinshasa, connue pour sa vitalité créatrice, sera une fois de plus sous le feu de la rampe et d’actualité culturelle continentale dans 48 heures à l’occasion du lancement officiel de cet événement dédié aux livres, avec un accent particulier accordé à la Sainte bible.

Belle initiative organisée par deux importantes éditions du pays, Médiaspaul et Paulines, elle vient combler le vide constaté dans le secteur, en se donnant pour mission de conscientiser le public kinois sur l’impact et les bénéfices du livre dans le développement.  » Lire c’est développer  » tel est le thème de la première édition du FELIBI prévu du 28 avril au 7 mai prochain.

Le père Roberto Ponti et la sœur Générose Sibay, représentant respectivement Editions Médiaspaul et Paulines, ont annoncé  l’organisation de ce festival hier mardi 25 avril au cours d’une conférence de presse tenue en la salle Brel de spectacles du Centre Wallonie-Bruxelles de Kinshasa.  Et ont expliqué les tenants et aboutissants soutenant ce projet aujourd’hui devenu réalité.

L’idée de la mise sur pied du Festival du livre et de la bible (FELIBI), souligne la sœur Générose Sibay,  » est venue parce que nous avons trouvé qu’il y a un déficit, un problème qu’il fallait à tout prix résoudre. La population congolaise ne lit pratiquement plus et nous avons aussi constaté la baisse significative d’achat de livres « .  Seuls les ouvrages exigés à l’école et les romans, déjà exposés antérieurement, a-t-elle relevé, sont encore lus et vendus.

Pour la sœur Générose Sibay, la solution à cette problématique consiste à interpeller les uns et les autres, à parler du livre aux élèves et aux parents.  » C’est un grand frein au développement du pays. Parce qu’on n’a pas beaucoup de personnes qui réfléchissent « , a-t-elle fait savoir. En ce qui concerne l’accès particulier mis sur la bible, elle l’explique par le fait que leurs deux congrégations donnent une place importante à l’évangile.

Le père Roberto Ponti affirme pour sa part que l’activité qu’ils organisent reste essentiellement culturelle. La formation portant sur la bible donnera la possibilité de connaître la bible pour sa propre vie. Avant de signifier que l’aspect culturel doit évidemment être prépondérant.

 

Une programmation dépouillée aussi simple que diversifiée

Conçu pour célébrer le livre autrement, FELIBI propose pendant dix jours aux festivaliers attendus très nombreux une programmation dépouillée, aussi simple que diversifiée.  Hormis le 28 avril courant, journée de l’ouverture officielle du festival, à chaque journée sera organisée des activités sur différentes branches ou secteurs. Ainsi donc, il est prévu des journées destinées aux littéraires et écrivains, aux artistes, poètes et slameurs, à la famille, à la femme, aux professionnels des médias, aux entrepreneurs et entreprises, aux professeurs et enseignants, aux jeunes et universitaires.

En effet, FELIBI vise quatre objectifs : offrir un cadre propice où le livre se retrouvera autour de plusieurs activités festives et culturelles ; contribuer à la professionnalisation des artistes et écrivains à travers les ateliers de formation en écriture ; créer un marché de vente et d’exposition en offrant au public une diversité de livres de tous les domaines et faciliter ainsi l’accès à la culture et à la connaissance, mais aussi, donner l’occasion de découverte réciproque des éditeurs-diffuseurs et autres opérateurs culturels dans le but de faire naître des projets de travail commun.

Selon les organisateurs, FELIBI est un espace créé pour favoriser l’émergence de l’expression artistique et littéraire particulièrement dans un endroit public.  Cette première édition, indique-t-on, s’inscrit dans le cadre des objectifs du développement durable et veut relever le défi de la vulnérabilité économique et de la précarité de la chaîne du livre en République démocratique du Congo.

Il se veut non seulement comme un lieu  de détente et divertissement, mais également un lieu d’apprentissage,  de formation sur les thèmes importants du livre, de la bible, ainsi que sur les techniques et méthodes d’écriture.  Pour se démarquer avec les autres activités culturelles organisées à Kinshasa, le Festival du livre et de la bible (FELIBI) va proposer pendant dix jours, soit du 28 avril au 7 mai prochain, à toute la population de la mégalopole kinoise plusieurs activités animées et adaptées, dans une ambiance festive pour démontrer le rôle central du livre dans le développement.

Pour ce faire, indistinctement parents, familles , religieux, pasteurs, professionnels de plusieurs domaines, étudiants, élèves, écrivains, illustrateurs, comédiens, musiciens, conteurs et autres  scientifiques sont concernés par cet événement autour du livre.

Véritable rendez-vous du savoir et du recevoir, FELIBI offre en outre, une série de formations destinées aux professionnels, aux amateurs, aux femmes…  à travers des ateliers sur l’écriture et sur la bible.  Un carrefour d’échange et de découverte, de brassage et de solidarité littéraire, artistique et culturelle.

Dovin Ntelolo Diasonga

Related posts